décès du poète Georges RIZKALLAH

Notre ami Frédéric Pichon chercheur et professeur en géopolitique,spécialiste de la Syrie, nous a fait part du décès du poète araméen de Maaloula, Georges Rizkallah, qui fut l’un des pionniers de la revitalisation du folklore araméen dans le Qalamoun.

Frédéric Pichon précise qu’il fut un précieux informateur lors de ses enquêtes de terrain en Syrie. Il lui avait raconté que jeune professeur d’anglais, il avait été muté à Qamishli dans les années 70 et que le spectacle des traditions syriaques encore vivaces dans cette région l’avait fait réfléchir sur la propre identité « araméenne » de son village, en voie d’extinction à cette époque.
الله يرحمو

Antonia Nasr

لو ثكنيت غيلدة وغورموا………وذقني ثكنت شايبة
بت نسكل ندحكل قورموا …….مرايش الشنة بعصليبا
خسرنا عملاق اللغة الآرامية الذي فنى حياته ﻹعادة إحيائها.
الله يرحمك أستاذنا الكبير جورج رزق الله
اسمك خالد في تاريخ معلولا ومنقوش على جبالها ووديانها …… وسوف تتناقله الأجيال على مدى الدهر. لقد مت بالجسد ولكنك ستبقى في قلوبنا .
فليكن ذكرك مؤبدا + + +

Paix à son âme.

Communiqué de l’AFS sur l’utilisation d’armes chimiques en Syrie

A l’instar du monde entier, l’association d’Amitié France-Syrie a appris avec stupéfaction l’utilisation d’armes chimiques lors d’un bombardement à Khan Cheikoun. Elle ne peut qu’exprimer le sentiment d’horreur qui l’étreint devant cette escalade inacceptable du conflit dans ce pays déjà profondément éprouvé. Elle condamne avec la plus vive fermeté tout acte provoquant la mort de civils innocents et l’utilisation d’armes cruelles et prohibées qui entraînent que des conséquences néfastes sur les efforts déployés pour l’obtention d’un dénouement rapide à cette guerre qui n’a que trop duré.

Elle ne peut que déplorer l’escalade des bombardements qui nuit gravement aux efforts de paix dont toute la population syrienne a tant besoin après 6 ans d’une guerre atroce.

Une oeuvre de leur collection au profit des Enfants Syriens Réfugiés au Liban

Shafic ABBOU, Les Inspirations, 1994

Shafic ABBOU, Les Inspirations, 1994. Tempera sur toile, 50 x 64 cm

L’Association d’Amitié France-Syrie en appelle à votre générosité.

Mobilisons-nous au profit des enfants syriens qui souffrent atrocement des conséquences de cette horrible guerre.

Bravo pour cette belle initiative.

A l’occasion d’Art Paris Art Fair 2017, les Artistes de la Galerie Claude Lemand vous invitent à acquérir une oeuvre de leur collection au profit des Enfants Syriens Réfugiés au Liban

« J’ai senti le besoin de mener une action en faveur des Enfants syriens réfugiés au Liban, une action dans le domaine de l’éducation, car la moitié de ces 400 000 enfants ne fréquente aucune école. Au lieu d’organiser une vente aux enchères, j’ai élaboré, avec l’équipe dirigeante d’ART PARIS ART FAIR, un beau projet humanitaire, une exposition sur les 4 grands Murs de la foire et sur les murs extérieurs de mon stand. Les œuvres seront ainsi vues par les 57.000 visiteurs de cette grande foire du printemps parisien puis vendues, et l’écho médiatique de la générosité des artistes et de la cause qu’ils soutiennent sera large et fort.
Mon objectif est de permettre le bon fonctionnement de 5 écoles durant une année entière, et si possible durant 2 ans. C’est un acte d’humanité solidaire et d’espérance dans l’avenir de ces Enfants, une goutte d’eau, mais une action ciblée et contrôlée. Le produit de la vente sera versé à l’association de droit français CODSSY.ORG, qui fédère plusieurs associations d’enseignants actifs sur le terrain, spécialisés dans l’éducation laïque des Filles et Garçons syriens réfugiés au Liban. J’ai signé une convention avec CODSSY, qui donnera à chaque artiste une attestation de don et qui nous remettra tous les 6 mois un rapport d’activité pour chacune de ces écoles. »

(Claude Lemand, janvier 2017)

Artistes donateurs :

Shafic ABBOUD
Youssef ABDELKE
Etel ADNAN
Mahjoub BEN BELLA
Mahi BINEBINE
Manabu KOCHI
Najia MEHADJI
Antonio SEGUI
Vladimir VELICKOVIC

Comment demain faire Revivre la Syrie.

L’AFS vous communique l’invitation que nous a adressée Monsieur Michel Morzière  Président d’honneur de l’Association Revivre.

Après six années de barbarie, la Syrie est un pays ravagé et les Syriens sont un peuple martyrisé. Bien que la situation demeure très incertaine, il est temps de réfléchir au jour d’après, celui où la Syrie pourra penser à revivre.

Cette table ronde, organisée par l’association Revivre, ambitionne de réfléchir au jour où la Syrie émergera de cet interminable cauchemar.

L’Association Revivre vous invite à une table ronde

Sous le parrainage de Monsieur Jack Lang

Président de l’IMA

Animée par Madame Isabelle Hausser, écrivaine.

A l’Institut du Monde arabe Salle du haut Conseil

1, rue des Fossés– Saint Bernard Place Mohamed V, Paris 5e

Samedi 18 mars 2017, de 19h à 21h

Réservation conseillée avant le 16mars : invitations@imarabe.org

Vous trouverez ci-dessous le carton d’invitation et le programme.

IMA_CARTON_INVITATION_18_MARS

Discours du Président Patrice Mouchon à l’AG de l’AFS

Discours du Président Patrice Mouchon à l’Assemblée Générale de l’AFS du 26 janvier 2017 et présentation de la conférence d’Antoine SFEIR .

 

Mesdames, Messieurs, Chers Amis,

Je réitère tous mes vœux pour cette année 2017, qu’elle vous soit bonne et profitable, ainsi qu’à vos familles.

Je veux également m’adresser, avec les membres du Conseil d’Administration qui m’entourent, et que je remercie pour leur disponibilité et l’excellence de leur travail, pour dire aux Syriens de Syrie combien nous pensons à eux.

Car ils continuent à souffrir dans toute la Syrie, ceux d’Alep qui ont subi les conséquences d’une guerre terrible.

Heureusement les canons se sont tus ainsi qu’à Damas qui continue à recevoir des obus de mortier et subir la guerre de l’eau.

Je tiens à citer les mots justes empreints d’une grande émotion de notre ami Samir Abdulac qui revient de Damas, et qui a retrouvé une ville appauvrie et en proie aux pénuries de la guerre.

Rendez-vous sur le site de la Direction Générale des Antiquités et des Musées de Syrie qui publie les photos des villes meurtries par la guerre.

La reprise de Palmyre par l’État islamique est tombée comme une douche froide alors que sa libération avait suscité un espoir.

Plus grave encore, notre amie Ségolène de Pontbriand a été la première à nous annoncer la destruction des tétrapiles et une partie du Théâtre Romain de Palmyre.

Nous avons légitimement posé la question de savoir comment l’aviation russe et celle de la coalition avaient pu laisser passer des colonnes de camions de l’État islamique entre Deir ez-Zor ou Raqqa et Palmyre.

Le patrimoine de l’Humanité est en train de disparaître à Palmyre.

Certains dans leurs commentaires nous exhortent à nous occuper des humains et non des vieilles pierres.

Or, comme vous le savez, nous faisons à l’Association les deux, mais nous avons toujours dit avec nos amis archéologues du Conseil d’Administration, Christiane Delplace et Pierre Leriche, qu’un peuple sans histoire, sans mémoire est un peuple errant qui risque de perdre son identité.

Mais rassurez-vous, il suffit d’écouter nos amis Syriens pour se rendre compte à quel point ils sont attachés à leur culture, à leur patrimoine qu’ils sauront défendre face à la barbarie.

En ce début d’année 2017, nous avons néanmoins une note d’espoir.

Je veux parler de la Conférence d’Astana du 24 janvier.

Elle a permis de rassembler l’opposition et les représentants du gouvernement syrien sous le patronage de la Russie, de l’Iran et de la Turquie.

Outre la garantie du cessez-le-feu, cette rencontre a ouvert la voie aux négociations qui auront lieu à Genève le 8 février prochain.

Dans la déclaration commune, il a été déclaré qu’il n’y avait aucune solution militaire au conflit syrien, qui ne peut être résolu qu’au travers d’un processus politique.

Staffan de Mistura, l’envoyé spécial de l’ONU pour la Syrie, a salué : « un évènement comme il n’y en avait jamais eu jusque-là » à l’occasion duquel « les représentants des groupes armées et le gouvernement syrien ont pu se parler ».

C’est ce que l’AFS n’a cessé de réclamer depuis le début de ce conflit.

Espérons que ce dialogue va se poursuivre et qu’une solution sera trouvée, mais tout cela est bien naturellement très fragile.

En tant qu’Association d’Amitié France-Syrie, nous déplorons que la France ne fasse pas partie de ces négociations.

Espérons qu’elle soit présente à Genève.

Car nous persistons à penser que la France a un rôle important à jouer.

L’amitié entre la France et la Syrie est très ancienne.

Elle fait partie des fondamentaux entre nos deux peuples, même si les Syriens de tous bords la critiquent d’une manière acerbe.

Au sein de l’AFS, nous continuons d’y croire, de croire qu’un esprit de médiation va continuer à souffler en Syrie et nous militons ardemment pour que le dialogue entre les Syriens s’amplifie et que la paix revienne.

Car nous ne nous y trompons pas, la Syrie au Moyen-Orient a toujours été un espace pluriculturel et pluriconfessionnel, représentant un modèle du vivre ensemble nourri de sa grande culture millénaire.

Ici à Paris et en France, l’AFS continuera à développer ces échanges, et le dialogue et, comme vous l’a annoncé notre ami Sami Chatila dans son rapport moral, nous allons lancer des rencontres dans des cafés pour permettre ce dialogue entre des personnes de bonne volonté qui vont s’appeler « carrefour de l’amitié franco-syrienne ». Nous vous y convions nombreux afin de faire vivre cette amitié.

Vive l’amitié franco-syrienne.

Je vous remercie de votre attention.

 

Restez tous en place car nous allons maintenant accueillir Monsieur Antoine Sfeir qui va donner une conférence sur le thème :

La crise syrienne : les conséquences géopolitiques.

Le modérateur de cette conférence sera notre amie Caroline Galactéros, Administrateur de l’AFS et Géopoliticienne et je coordonnerai le dialogue avec vous tous.

Assemblée Générale de l’AFS du 26 janvier 2017

Paris, le 4 janvier 2017

ASSEMBLEE GENERALE ORDINAIRE

Madame, Monsieur,

Conformément à l’article XI de nos statuts, j’ai le plaisir de vous convier à la réunion de XXIVème Assemblée Générale de notre Association qui se tiendra le :

Jeudi 26 janvier 2017 à 18h00
Salle Germaine Tillon
Patronage Laïque Jules Vallès
72, avenue Félix Faure 75015-Paris (M° Boucicaut)
Ordre du jour:

1- Allocution du Président,
2- Rapport moral,
3- Rapport financier,
4- Suggestions et questions diverses.

Au cas où il ne vous serait pas possible d’assister à cette Assemblée Générale, nous vous serions obligés de nous retourner le pouvoir ci-joint, établi au nom de l’adhérent de votre choix.

Une conférence à laquelle vous êtes invités suivra la tenue de cette Assemblée Générale à 19 heures, sur le thème:

«La crise syrienne : les conséquences géopolitiques»
Par Monsieur Antoine Sfeir

Nous vous prions de croire, Madame, Monsieur, en l’assurance de nos sentiments les meilleurs.

Patrice MOUCHON
Le Président

Ci-joint l’invitation

Le Professeur Michel BLERY à l’Orient Éternel

L’Association Transméditerranéenne: Femme et Cancer du Sein (Astarté) a la tristesse de vous faire part du décès du Professeur Michel Blery le 31 décembre 2016.

Le Professeur Michel BLERY à l’Orient Éternel †

 L’Association Méditerranéenne: Femme et Cancer du Sein (Astarté) a la tristesse de vous faire part du décès du Professeur Michel BLERY le 31 décembre 2016.

 Les membres d’Astarté s’associent au recueillement de sa famille et de ses proches.

Michel BLERY nous a quittés le 31 décembre 2016, après avoir montré autant de courage dans la maladie que de bienveillance dans la vie.

Il était né en 1938. Après son internat, il a été Chef de Clinique Assistant à l’Hôpital Ambroise Paré en 1969, dans l’équipe du Professeur Victor Bismuth. Nommé Professeur de Radiologie, il a pris la tête du service de Radiologie de l’Hôpital Raymond Poincaré en 1974, puis de l’Hôpital Lariboisière en 1984 et enfin du service de Radiologie Broca de l’Hôpital de Bicêtre de 1991 à 2003. Après sa retraite, il a continué à y travailler avec compétence et discrétion.

Fondateur de la Collaboration Scientifique Médicale Franco- Méditerranéenne,

Fondateur et Président d’Honneur de l’Association Trans Méditerranéenne: Femme et Cancer du Sein (Astarté),

Fondateur de l’Association Médicale Franco Asiatique (AMFA)

Directeur du Diplôme Inter universitaire Francophone en sénologie Multidisciplinaire (Alep- Syrie),

 Fondateur et Président de l’Association Francophone de Sénologie en Syrie (AFSIFS)

 Grand Ami de la Syrie et des syriens,

Grand Ami de la Méditerranée du sud,

Auteur de plusieurs ouvrages en radiologie et en Sénologie,

Ancien Président de la Société Française de Radiologie.

Ancien Secrétaire Général du Groupe de Radiologistes Enseignants Francophones (GREF).

Il a aussi mené une carrière exceptionnelle dans l’édition, étant Rédacteur en Chef des Feuillets de Radiologie, membre du comité exécutif d’European Radiology, et Directeur d’une collection d’imagerie Médicale particulièrement appréciée aux Editions Masson, rôle qu’il a assumé jusqu’au dernier instant.

Michel Bléry était une personne exceptionnelle.

Son regard sur les autres était toujours empreint de respect. Il savait susciter, encourager, accompagner, écouter, reconnaître, décider. Sa compétence professionnelle et son élégance intellectuelle étaient reconnues de tous, mais il les partageait avec modestie. Toujours positif, toujours souriant, toujours attentif à l’autre, même quand la maladie se faisait trop pesante, il restera un exemple pour tous ceux qui ont eu le bonheur de travailler avec lui.

Plus d’un est devenu meilleur à son contact.

Il est parti trop tôt. Ce qui compte, ce ne sont pas les années qu’il y a eu dans la vie, mais la vie qu’il y a eu dans les années, disait Abraham Lincoln. Mais Michel Bléry avait encore beaucoup à nous donner. Il nous manquera.

Il nous quitte quelques semaines seulement après avoir perdu son épouse. Nous partageons l’émotion de leurs deux filles et de toute la famille.

Paix à son Âme.

Qu’il se repose en Paix.

Docteur Véronique BOUTE

Présidente d’Astarté

http://www.astarte-cancer.org/

Nous publions ci-après notre message de condoléances transmis à notre amie Madame la Présidente le Dr Véronique BOUTE.

Madame la Présidente et chère Amie,

C’est avec tristesse que j’ai reçu le faire part de décès du Professeur Michel Blery. Nous vous présentons nos sincères condoléances ainsi qu’à sa famille. Nous prierons et nous nous recueillerons pour le salut de son âme.

Vous avez raison de souligner son attachement à la Syrie et de rappeler ses brillantes réalisations dans ce pays.

Nous publierons ce faire part sur notre site : Francesyrie.org

Dans l’attente du plaisir de vous revoir.

Je vous prie de croire, Madame la Présidente et chère amie, en l’assurance de nos sentiments amicaux.

 

Bonne année 2017

 

Les membres du Conseil d’Administration et le Président de l’Association d’Amitié France Syrie vous présentent leurs meilleurs vœux pour l’année 2017.

Le Conseil de sécurité vient de voter à l’unanimité la résolution de la Russie pour entériner l’accord de cessez-le-feu conclu entre Damas, Moscou et Ankara.

C’est incontestablement une première étape importante, mais pourtant beaucoup reste à faire et la guerre va malheureusement continuer, car la présence sur le sol syrien de très nombreux Groupes djihadistes sont exclus du cessez-le-feu.

Il en va ainsi d’Ahrar al-Sham, Jaich al Islam, al-Nosra, Ansar al-Islam regroupant plusieurs mouvements islamistes de l’ASL dont Liwa al-Islam, le Front islamique de libération syrien, etc… sans parler de Daech qui est loin d’être éradiqué. Tous des mouvements d’opposition armés islamistes radicaux (djihadistes, salafistes, Frères musulmans, Al-Qaïda…adeptes du mythe du califat et décidés à établir un régime chariatique, salafiste en Syrie, ne sont pas prêts à déposer les armes.

Le sort d’Idleb véritable poudrière reste en suspens, mais probablement pas pour longtemps.

La médiation entamée par la Russie entre les mouvements d’opposition modérée et le Gouvernement syrien peine à se mettre en place alors qu’il faudrait accélérer le processus et que de substantielles concessions soient faites de part et d’autre, car après 6 ans de crises et de guerre le peuple syrien n’en peut plus.

Gardons malgré tout espoir qu’un règlement intervienne et que la Syrie en partie détruite commence sa reconstruction.

Nous œuvrons au sein de notre Association pour préserver l’amitié entre la France et la Syrie dans une approche difficile de neutralité très critiquée, mais finalement respectée.

N’hésitez pas à nous rejoindre afin de nous aider à amplifier nos actions en faveur du dialogue et de la Paix.

Paris, le 2 janvier 2017

Plaidoyer pour l’ouverture d’un réel processus de médiation en Syrie

A l’occasion des obsèques du père Jacques HAMEL, lâchement assassiné par des terroristes déstructurés, l’AFS s’associe au nombreux messages d’indignation et de solidarité, émanant de la collectivité nationale et internationale et des associations syriennes ou franco-syriennes.

Nous nous sommes interrogés sur la question de savoir s’il était nécessaire de mêler, une fois de plus, notre colère à celle unanime du monde entier.

Nous avons préféré rester dans un silence compassionnel.

Cette fois-ci c’est au cœur même de l’Eglise que le terrorisme a frappé en France, comme il a frappé encore plus durement en Syrie d’une manière indiscriminée, les communautés chrétiennes et musulmanes.

Cependant, nous ne manquons pas de nous interroger sur les raisons pour lesquelles le Peuple français, s’est si bien mobilisé encore une fois, contre cet odieux assassinat d’un modeste prêtre de 86 ans mais qui n’a pas autant manifesté lors des massacres en Syrie depuis plus de 5 ans commis par toutes les parties en présence !

Par toutes les parties, nous entendons le Gouvernement syrien qui porte une responsabilité particulière, mais également les nombreux Groupes terroristes y compris les rebelles dits « modérés », s’il en existe encore, alors qu’il ne fait pas de doute pour les observateurs sérieux, qu’ils sont considérés à juste titre comme tels par la communauté internationale, pour avoir partie-liée avec des groupes djihadistes.

La neutralité qui caractérise la doctrine de notre Association n’empêche pas une critique lucide de la situation.

L’ensemble des spécialistes et des dirigeants politiques sérieux s’accordent
à reconnaitre, qu’il n’y aura pas d’issue du conflit en Syrie par la guerre.

Or, les différentes parties en présence continuent à faire la guerre d’une manière particulièrement cruelle et alors que, les puissances occidentales et orientales y contribuent, à n’en point douter.

Nous avons maintes fois appelé à la cohérence des politiques internationales menées par les grandes puissances et les puissances régionales, mais également les belligérants eux-mêmes.

Si ces puissances et les parties en cause mettaient autant d’énergie pour faire la paix qu’ils mettent pour faire la guerre, il y aurait bien longtemps qu’une solution aurait été trouvée pour arrêter le conflit, en tout cas, entre les forces régulières syriennes et les opposants armés non djihadistes.

Seuls les Russes, les Iraniens et le Hezbollah parlent avec Bachar El Assad, pourquoi leur laisser cet avantage stratégique ? pourquoi ne pas reprendre la main et parler directement avec lui et son Gouvernement ainsi qu’avec ces mêmes Russes et Iraniens, pour tenter de trouver une solution commune au conflit.

Le rétablissement des relations diplomatiques entre la France et la Syrie permettrait de dialoguer, ce dont cette crise manque cruellement.

Ce dialogue est fondamental pour comprendre la réelle position de chacun, ce qui éviterait de se perdre en accusations et en interprétations hasardeuses.

Il serait important de faire la différence entre ceux qui veulent faire la paix et entamer la reconstruction du pays, pour épargner le peuple syrien dont nombreux d’entre eux risquent d’être assassinés, comme l’a été le Père Hamel.

Un tel positionnement permettrait de lutter contre le terrorisme d’une manière plus ordonnée et sortir ainsi, d’une certaine ambiguité.

L’ambiguité et le jeu à plusieurs bandes mènent toujours à plus de drames.

Les grandes puissances s’honoreraient de sortir de leur propre ambiguité et les puissances régionales seraient mises au pied du mur, car il ne faut pas s’y tromper, les syriens et les français sont victimes de cette ambiguité mortifère.

Au nom de l’amitié séculaire entre la France et la Syrie et en tant que défenseur de cette amitié, nous appelons à un sursaut, une rupture avec les politiques dogmatiques et la reprise du dialogue direct, pour mener à un processus de médiation digne de ce nom.

Le Docteur Elias Lahham, Président du Forum National Syrien, nous rappelait à juste titre, lors de son dernier séjour en France que, sur les 2 millions de chrétiens que comptait la Syrie, il n’en reste plus qu’environ400.000 dans la zone contrôlée par les autorités de Damas et que dans cette zone, environ 12 millions de syriens y vivent à majorité musulmane sunnite, protégés par le Gouvernement du Président Bachar Al Assad.

Cependant tous les jours tombent sur Damas des obus tirés par des rebelles djihadistes ou non, qui font des victimes d’une manière indiscriminée.

La vie continue à être difficile pour les Damascènes et les Syriens de toute la Syrie, sans parler des atrocités qui se passent à Alep.

La médiation, en tant qu’instrument diplomatique de règlement des conflits, a connu depuis la fin de la guerre froide un renouveau en lien avec les transformations de l’Ordre international.

Il est cependant à déplorer que ce processus de médiation reste encore embryonnaire, qui serait pour certains, l’instrument des faibles qui auront choisi le « soft power », alors qu’il est clair que c’est le seul moyen digne de faire la paix.

La France, dotée des instruments de la puissance, ne semble pas avoir ressenti le besoin de s’investir dans ce processus.

Or la France, ancienne puissance mandataire, aurait pu jouer un rôle majeur dans un tel processus de médiation, montrant aux yeux du monde, qu’il existe pour le pays des droits de l’homme, une autre voie que celle de la guerre alors et surtout que ses alliances n’apportent pas la démonstration de la cohérence par rapport à nos fondamentaux démocratiques.

Alors, la France peut-elle jouer encore un rôle pour enclencher de façon déterminée ce processus de médiation en coordination avec les Nations unies, les Etats-Unis et la Russie ?

Pourquoi se satisfaire de la rupture des pourparlers à Genève dans le cadre des négociations menées par Staffan de Mistura ?

Une médiation neutre et indépendante se doit d’entreprendre toute démarche, afin que le dialogue ne soit pas rompu.

Alors reprenons au plus vite le chemin de la table des négociations et que les belligérants entrent véritablement dans ce processus de médiation.

La France pourrait jouer un rôle moteur dans une vraie médiation, même si elle a été marginalisée par les Russes et par les Américains.

Les Aleppins, et tous les syriens en général, attendent que l’on redouble d’effort pour mettre fin à ces massacres.

Cette guerre est insupportable, cette guerre n’a pas de sens, il faut s’employer à l’arrêter au plus vite.

Assez de guerre et de souffrance en Syrie !

Patrice Mouchon
Président de ! ‘Association d’Amitié France Syrie

La folie meurtrière et barbare a encore frappé

La folie meurtrière et barbare a encore frappé et, à n’en point douter, frappera encore malheureusement.
Ce sont, cette fois-ci, des niçois et des vacanciers de toute nationalité, sur la promenade des Anglais, après avoir assisté au feu d’artifice du 14 juillet qui ont sauvagement été assassinés.
Les membres du Conseil d’Administration et l’ensemble des adhérents de l’Association d’Amitié France-Syrie présentent leurs sincères condoléances aux familles touchées par ce drame en s’associant à leur douleur indicible.
Cette violence sans fin ne s’arrêtera que lorsque les puissances internationales de concert avec les puissances régionales au Moyen-Orient se mettront autour d’une table avec tous les acteurs de ces crises pour ouvrir un dialogue en vue d’entrer dans une logique de paix se substituant à la logique de guerre qui ne mène qu’à toujours plus de violence, de destructions et de malheurs.