Communiqué de l’AFS : Plaidoyer pour le rétablissement du dialogue en Syrie (01/03/2015)

Le déplacement de quatre parlementaires français en Syrie soulève dans la presse des vagues de commentaires, et a provoqué de la part de nos hauts dirigeants des réactions indignées.

Directement concernée par les tragiques événements qui se poursuivent dans ce pays, l’Association d’Amitié France-Syrie (AFS) ne peut rester insensible à cet émoi.

Tout d’abord, il lui semble légitime que les élus du peuple décident de vérifier par eux-mêmes sur place le bien fondé de la politique menée par leur gouvernement et des besoins humanitaires.

La délégation parlementaire était constituée à part égale de députés et de sénateurs de la majorité et de l’opposition, ce qui marque excellemment que la démarche n’était pas partisane.

Mais celle-ci procèdait surtout d’un autre concept : il est évident, et ce n’est pas seulement le représentant du secrétaire général de l’ONU qui le reconnait, que le gouvernement syrien est et restera un élément incontournable de la solution à ce grave conflit.

Continuer à jeter l’anathème sur une des parties qui, indiscutablement s’assiéra à la table de négociation pour obtenir l’apaisement voire la paix, n’est ni logique, ni fécond.

Si la France, ancienne puissance mandataire veut (et c’est ce que nous appelons de nos voeux) rejouer un rôle utile et majeur dans cette région qu’elle connait bien, il lui faut être assez forte pour courageusement reconnaitre des erreurs passées et des jugements précipités.

Les conflits coloniaux vécus par notre pays nous ont amenés à comprendre qu’un jour, on doit discuter avec ses opposants, y compris ceux que l’on avait qualifiés de terroristes.

L’AFS rassemble des Français, des Syriens et des Franco-syriens de tous bords, unis avant tout par l’amour porté à ce pays qui souffre.

Depuis 4 ans, elle s’est efforcée de maintenir une certaine cohésion en ouvrant le dialogue et en diffusant un esprit de médiation.

Elle milite de tout son coeur pour alléger les souffrances de cette population qu’elle connait et qu’elle aime.

Elle sait que la solution militaire étant impossible, seule la négociation pourra mettre fin à ce conflit.

Or, on ne cherche de compromis acceptable qu’entre toutes les parties en présence.

Nous considérons positif le voyage de ces parlementaires que nous remercions et félicitons pour leur courage.

Nous espérons que ce premier pas sera suivi d’autres qui nous mèneront rapidement à la table de négociation et que la France pourra se féliciter du rôle qu’elle a joué pour le rétablissement de la paix dans cette région en concentrant ses forces sur l’unique menace pour tout le Moyen-Orient et l’Occident que constitue l’intégrisme djihadiste.

Il est temps de se montrer pragmatique, de préparer cet avenir démocratique indispensable que doit revivre ce pays, démontrer que face aux lacunes de la gouvernance de l’opposition armée ou pacifique qui n’a pas de structure et n’a pas de projet pour la Syrie, à l’instar de la situation en Irak, le peuple a besoin de l’expérience du gouvernement actuel, de ses fonctionnaires et de son armée pour assurer sa stabilité et sa sécurité face à la menace islamiste, d’autant qu’il faut déjà penser à la reconstruction du pays et au ralentissement de l’exode actuel.

L’influence future de la France dans cette région repose sur notre pragmatisme et notre rejet d’une vision idéologique qui ne peut qu’obérer l’avenir.

Didier DESTREMAU Patrice MOUCHON

Ancien Ambassadeur  Président
Chargé des relations extérieures

Association d’Amitié France-Syrie
17, rue du Colisée – 75008 – Paris –
Tél : (33 1) 43 59 20 20 Télécopie : (33 1) 45 63 51 38
Email : francesyrie@gmail.com Association régie par la loi de 1901

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *