Économie

Investissements français en Syrie :

La Syrie représente un intérêt croissant pour les investisseurs français
La France est le premier investisseur européen hors pétrole et Total poursuit ses investissements
Le premier investissement français remonte à 1988 avec l’implantation de Total. Depuis, Total a continué à investir très régulièrement pour une meilleure exploitation des champs et signé un accord préférentiel pour en obtenir de nouveaux.

Il faudra ensuite attendre 2003 pour voir arriver des capitaux français importants, en lien avec l’ouverture de la Syrie aux investissements privés.

Bel est ainsi le premier français à avoir implanté une unité de production, inaugurée en 2005 (investissement 100% français) et Lafarge réalise depuis 2008 l’investissement étranger le plus important dans son secteur (construction d’une cimenterie d’une capacité de 3M de tonnes annuelle),  Air Liquide pour sa part a inauguré en 2010 une usine de production de gaz industriels.
Selon les chiffres de la Banque de France, l’IDE français en Syrie avoisine 1,6 milliard USD.se rapproche des stocks détenus par la France au Liban, partenaire principal de la France dans la zone. Ils sont désormais plus élevés que les stocks d’IDE français en Jordanie
Les investissements français en Syrie sont concentrés sur les secteurs hydrocarbures et ressources minières (Total et Lafarge), qui accueillaient 89% des stocks d’IDE français en Syrie en 2008. Le reste concerne l’Immobilier et services aux entreprises 6%, Agriculture et industrie alimentaire 1%, Autres 4%.

En 2010, la Syrie comptait 16 implantations françaises directes et plus d’une vingtaine de sociétés présentes au travers de filiales ou bureaux de représentation, employant 900 personnes. Par-ailleurs, de nombreuses marques sont présentes sous forme de franchise ou licence (biens de consommation et santé essentiellement).

Il est à noter l’arrivée de nouvelles enseignes françaises en distribution (Monoprix, Daniel Hechter…), gestion hôtelière (Ibis et Novotel, groupe Accor) et les ouvertures de bureaux de représentations (Veritas, MTO, …) et les partenariats (Sobem, Sodem…) se multiplient. CMA-CGM a obtenu en juillet 2009 le deuxième terminal portuaire offert en BOT et envisa ge des extensions.
(In lettre de la Syrie, réalisée par la Mission Economique Française en Syrie. Janvier 2011)

Echanges commerciaux franco-syriens au 1er semestre 2010 :
Les flux globaux des échanges commerciaux entre la France et la Syrie enregistrent une hausse de 50% au premier semestre 2010, pour un montant de 468 M €E contre 314 M € au 1er semestre 2009. La balance commerciale bilatérale est déficitaire pour la France -101 M € (positive de 40 millions sur la même période 2009) pour un taux de couverture de 55%.

Les importations françaises au 1er semestre 2010 se sont élevées à 284 M €, composées essentiellement d’hydrocarbures, phosphates, industries textiles (habillement, linge de maison, tissus, fils), produits de toilette et savons d’Alep, plantes à épices (anis, cumin…).

Les exportations françaises s’établissent à 183 M€, en augmentation de + 3,6% par rapport à la même période de 2009. Cette augmentation est largement due à la vente de deux avions ATR (27 M€) à la compagnie nationale syrienne, les ventes de tabac, les machines chaudières et engins mécaniques, (19,7 M€)  les préparations pharmaceutiques (18,8M€), ventes d’instruments et de fournitures médicales (3,2 M€), sucre (3,3M €), produits laitiers et fromages (3M€).
Selon le Bureau des statistiques syriennes, la France ne figure plus parmi les 10 premiers fournisseurs de la Syrie. Seules Malte et l’Italie, pour ce qui concerne les pays européens, prennent place dans ce classement dominé par la Russie, la Chine, l’Ukraine, et la Turquie (Allemagne 11ème fournisseur).

(in lettre de la Syrie, réalisée par la Mission Economique Française en Syrie, Septembre 2010).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *