Tourisme et principales villes de Syrie : LE DÉSERT ET LA RÉGION DE L’EST

Raqqa

Située sur la rive gauche de l’Euphrate entre Alep (188 km) et Deir-ez-zor (105 km), cette ville ancienne fut construite au IVème siècle avant J.-C par Alexandre le Grand. Elle jouera un rôle stratégique et commercial important comme tête de pont à la frontière du monde antique. Mais les luttes dont elle fut l’objet ne laissèrent subsister aucun vestige qui mérite d’être cité. En 772 le Calife al Mansour construisit une ville nouvelle sur le modèle circulaire de la ville de Bagdad et à laquelle on donna le nom de Rafika qui ne tarda pas à éclipser celui de Raqqa. Elle était au sommet de sa gloire et de sa prospérité lorsqu’elle fut envahie et saccagée par les mongols au XIIe siècle. Raqqa a été un centre fameux du verre et de la céramique à l’époque arabo-musulmane. Aujourd’hui, la construction du barrage de l’Euphrate au niveau de la ville al Thawra donne à Raqqa l’occasion de jouer à nouveau un rôle important dans l’économie syrienne grâce à l’agriculture.

La Thawra

“Barrage de l’Euphrate”
Cette ville nouvelle sortie du sable est la ville du barrage de l’Euphrate, la réalisation économique et sociale la plus importante de la Révolution en Syrie. Le président AI-Assad l’inaugura en Juillet 1973. Le barrage mesure 4 500 m de longueur et 60 m de hauteur pour une largeur de 512 m à la base. Le lac al Assad, créé par cet ouvrage, s’étend sur 80 kilomètres de long et couvre une superficie de 630 km2. Cette masse d’eau de 12 milliards de m3 produira plus de 800.000 kW/ho d’électricité. Il permettra l’irrigation de 640 000 ha ce qui représente plus du double des terres irriguées actuellement dans toute la Syrie. Grâce à la coopération entre la Syrie et l’UNESCO, les vestiges qui se trouvaient dans le périmètre d’inondation du lac sont pour la plupart exposés dans le musée d’Alep.
Deir Ez-Zor (320 Km, sud-est d’Alep) Cité très ancienne qui portait le nom de Ouzara et qui vit de nombreux conquérants et des armées entières, ainsi que des caravanes de commerce traverser l’Euphrate. La construction du barrage et la découverte du pétrole dans la région lui font jouer aujourd’hui un rôle économique important. Elle est aussi le point à partir duquel on part à la découverte des antiquités mésopotamiennes, les rives de l’Euphrate et celles de son affluent al-Khabour ayant vu naître et se développer les plus grandes civilisations humaines.

Halabiya et Zalabiya

Les deux sites se font face sur les rives de l’Euphrate et leur essor a accompagné celui de Palmyre. Les vestiges de ces deux places fortes qui se dressaient face aux attaques perses contre la Syrie sont entourés de remparts byzantins.
(210 km au nord-est de Damas et 155 Km à l’est de Homs).

Au cœur du désert Syrien, une oasis de colonnes et de palmiers : Palmyre, dont les ruines se dressent, immenses, pour raconter sa grandeur.
L’oasis se situe à proximité d’une source chaude nommée Afqa, déjà citée dans l’un des manuscrits assyriens remontant au XXème siècle avant J-C. et mentionnée également dans les tablettes de Mari. Palmyre fut de tout temps une étape idéale pour les caravanes qui se déplaçaient entre l’Irak et la Syrie et pour celles qui empruntaient la route de la soie allant des confines de la Chine à la Méditerranée.
Cette situation exceptionnelle a entraîné, depuis les temps les plus reculés, la constitution d’une agglomération humaine composée d’Araméens et d’Arabes Nabatéens. Palmyre a tenté avec habileté de coexister avec l’Empire romain et l’Empire Perse mais ses intérêts étaient davantage liés à ceux de Rome car les Perses aspiraient toujours à la possession des embouchures du Tigre et de l’Euphrate ; menaçant d.’étouffer le négoce des Palmyréniens.
Lorsque les Romains conquirent la Syrie, Palmyre prélevait de lourdes taxes sur les marchandises transportées par les caravanes. De même, elle louait ses fameux escadrons de cavaliers et de lanciers à l’armée romaine. D’une ambition illimitée et animée du désir de se débarrasser de l’hégémonie romaine, Zénobie, seconde épouse du gouverneur arabe de Palmyre, prit le pouvoir à sa mort. Elle ne tarda pas à devenir l’une des femmes les plus célèbres du monde et une figure légendaire dans les contes de l’Orient et de l’Occident en raison de ses qualités exceptionnelles.

Elle possédait une vaste culture et un sens politique aigu et elle réunit dans sa cour un grand nombre de philosophes, de savants et de prêtres. Dès l’année 268 elle commença à mûrir le projet de dominer tout l’Empire Romain en le ravissant à son Empereur Aurélien qui faisait face alors à des difficultés internes et à des guerres à l’extérieur. Elle prit possession de toute la Syrie en 270, envahit l’Egypte et lança ses troupes en Asie Mineure jusqu’au Bosphore. Elle contrôla ainsi l’aboutissement des voies qui par mer et par terre rejoignaient l’extrême Orient et les sources d’approvisionnement de Rome. Zénobie ira plus loin encore dans le défi qu’elle lance à Aurélien en se proclamant et en proclamant son fils “Auguste”, titre réservé exclusivement à l’Empereur, et en frappant en 271 des monnaies à son effigie et à celle de son fils sans qu’y figure celle de l’Empereur de Rome.
Mais dès qu’il parvint à assainir sa situation, Aurélien leva une nouvelle armée, traversa l’Anatolie, et fonça sur Palmyre qu’il assiégea jusqu’à ce qu’elle se rendît. Zénobie fut arrêtée et emmenée à Rome en 274. Aujourd’hui encore les archéologues continuent à rechercher le palais de Zénobie que le conquérant romain avait transformé en ruines sur lesquelles il dressa son camp.

La côte syrienne

La côte syrienne s’allonge sur plus de 17.5 Km de plages infinies et de vertes montagnes.
Couvertes de forêts et de maquis, ces dernières ponctuent les rivages et inclinent leurs pentes douces vers la mer. La côte offre ce même spectacle depuis Ras-AI Bassit au Nord jusqu’à Tartous au Sud. Lattaquié est le port principal de la Syrie en Méditerranée (1 86 Km au sud-ouest d’Alep). C’est l’une des cinq villes fondées par Séleucos Nikator au Ille siècle avant J.-C, qui lui donna le nom de sa mère Laodicée. Mais la ville n’a conservé que peu de choses des siècles passés : quatre colonnes et un arc d‘un grand monument romain remontant à Septime Sévère et un bel édifice ottoman, khan Eddukhan, devenu aujourd’hui l’un des musées syriens les plus importants.
Véritable poumon économique de la Syrie, Lattaquié attire également les touristes. A 16 km au nord se trouve l’un des sites historiques les plus célèbres dans le monde : Ras-Shamra, siège de la Royauté d’Ugarit qui du XVIe au XIIe siècle avant J.-C. connut son âge d’or tant au plan de l’organisation administrative qu’au plan de la culture de la diplomatie, du droit, de la religion et de l’économie. C’est Ugarit qui offrit à l’humanité le premier alphabet du monde auquel les langues occidentales doivent d’exister.

Encadré :
Ministère du Tourisme en Syrie

Rue Barada – B.P. 6642 – Damas
Tél. : + 963 (11) 22 10 122
Fax : + 963 (11) 22 42 636
www.syriatourism.org

Share

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *