IN MEMORIAM : Décès du Dr Osmane Aïdi

Dr Osmane Aïdi

Le Dr Osmane Aïdi, décédé le 4 octobre à 89 ans, était issu d’une grande famille damascène de double culture arabe et française.

Son père, Ahmad Mounif Aïdi, médecin, qui fut l’un des fondateurs de la faculté de médecine de Damas en 1918, avait créé le premier lycée privé en Syrie, en 1907 pour les garçons et en 1931 pour les filles, avec un double enseignement arabe et français.

Le Dr Osmane Aïdi avait fait ses études supérieures en France : il était diplômé de l’École des Ingénieurs Hydrauliciens de Grenoble, devenue en 2008, École Nationale Supérieure de l’Energie, Eau et Environnement (Grenoble INP-ENSE3). Il obtint le doctorat d’État ès Sciences en Mécanique des Fluides de la Sorbonne, fin 1955.

Grâce à ses capacités techniques, il fut un homme de progrès en participant dès 1956 à la modernisation de la Syrie, dans des domaines aussi divers que l’hydraulique, les barrages, les systèmes d’irrigation, les centrales thermiques, l’électrification, l’eau potable, puis la construction d’hôpitaux.

Il réalisa avec la société Bouygues,  un  tunnel construit long de 11 km qui amène l’eau de la source Fijeh jusqu’à Damas permettant ainsi l’alimentation en eau potable de la capitale.

Toujours passionné par l’eau, l’hydraulique et ses applications (à travers les sociétés Études et Installations Hydrauliques créées en Syrie en 1997, puis SETI à Nîmes, et enfin IRRIFRANCE dont il a été le Président), le Docteur Osmane Aïdi a été un homme d’affaires international qui s’engageait personnellement et entièrement pour la réussite de ses entreprises.

Il fut également un capitaine d’industrie et un homme de développement, initiateur de l’expansion de l’hôtellerie en Syrie ; il créa à partir de 1977 dans les principales villes de Syrie, une chaîne d’hôtellerie de luxe, les Cham Palace (Damas, Alep, Bosra, Hama, Palmyre, etc.), puis en France, le Groupe Royal Monceau et l’Institut de Thalassothérapie de Port-Crouessy. A titre complémentaire, la société Cham Tours assurait le transport des touristes. Grâce à lui et à son savoir-faire, la Syrie devint une destination du tourisme culturel international dans les années 1990 et 2000.

Il fut enfin un homme de grande culture, car en plus d’être professeur d’Hydraulique tant à l’Université de Damas qu’à celle d’Alep, membre de l’Académie syrienne des Sciences, le Dr. Osmane Aïdi a été un érudit passionné et un esthète averti, profondément attaché à la culture méditerranéenne : il créa en 1988 la « Fondation Osmane Mounif Aïdi » pour la préservation du patrimoine et la promotion de la culture et des sciences, il contribua à la restauration du site hellénistico-romain de la ville d’Apamée, connu aujourd’hui pour ses portiques à colonnades encadrant une avenue dallée de 1850 m de longueur et sauva le site de Jerf AI Ahmar condamné à l’immersion par les eaux d’un barrage en construction sur l’Euphrate, au nord de la Syrie, là où naquit l’agriculture il y a près de 12.000 ans.

Malgré des temps particulièrement difficiles, le Dr Aïdi oeuvra inlassablement au rapprochement franco-syrien.

Il était Commandeur du Mérite Syrien, Commandeur de la Légion d’honneur française, Grand Officier du Patriarcat des deux Saints Pierre et Paul d’Antioche et de tout l’Orient et titulaire de la médaille de St Cyril et Methodius, la plus haute distinction bulgare.

L’Association d’Amitié France-Syrie et nombre de ses membres qui l’ont connu, garderont le souvenir d’un homme simple, cordial, dynamique, pugnace, compétent avec un grand charisme.  Tous les membres de l’AFS présentent leurs sincères condoléances à sa famille.

Ce texte a été publié par IRRIFRANCE.

Décès du docteur Wallid al Moallem, ministre des Affaires étrangères de la République Arabe Syrienne

Décès Walid Al Moallem

« Nous publions l’article de Monsieur l’ancien Ambassadeur Michel Raimbaud paru dans la revue Afrique Asie le 16 novembre 2020. Cet article n’engage que son auteur et ne saurait engager l’AFS qui de par ses statuts est liée par une obligation de neutralité et d’indépendance ».

***

Préalablement à cet article, nous publions ici le message de condoléances envoyé par le Président Didier Destremau aux autorités diplomatiques syriennes.

« L’association d’Amitié France-Syrie (AFS) s’associe à la peine du peuple syrien pour la disparition du docteur Wallid al Moallem, son ministre des Affaires étrangères. Elle reconnait le rôle éminent que cet ardent patriote a tenu pendant des années difficiles, et ses qualités de sang-froid et de courtoisie dans ses rapports humains. L’AFS regrette qu’il se soit éteint sans avoir connu la paix pour laquelle il a inlassablement œuvré ainsi que le rapprochement de son pays avec la France qui est le vœu le plus cher de notre association ».

Réponse de Mr Mohammad ABU DALLA (Chargé d’Affaires a.i)

« Monsieur Didier Destremau,

Je vous remercie infiniment pour vos condoléances que vous avez bien voulu m’adresser suite à la disparition de M. Walid AL MOUALEM, Vice – Premier ministre, ministre des Affaires étrangères de la République arabe syrienne.

J’étais très touché ainsi que la famille de notre cher disparu et le gouvernement syrien par les marques de sympathie et d’amitié, que vous nous avez témoignées dans ces moments difficiles.

Je saisis cette opportunité pour vous adresser en mon nom personnel et au nom de l’équipe de l’Ambassade mes sincères remerciements d’avoir pris part à notre peine et je vous souhaite bonheur et bonne santé.

Cordialement,

Mohammad ABU DALLA (Chargé d’Affaires a.i) »

****

Par Michel Raimbaud

Rarement on aura vu un ministre des affaires étrangères mériter à tel point son nom. D’un calme olympien, toujours maître de lui-même, ayant le sens de la répartie brève mais incisive, il était par excellence le professeur, le maître, celui qui enseigne. Courtois et ferme, c’était également un diplomate né, et bien né. Lire la suite….

Amis de la Syrie, nous avons besoin de vous !

Amis de la Syrie

Nous avons besoin de vous !

Ce pays que nous aimons tant s’enfonce dans les crises. Elles sont alimentaire, financière, sanitaire… Les réfugiés ne reviennent qu’au compte goutte et demeure encore une poche tenue par les djihadistes. Les États Unis imposent leur loi César qui étrangle la population.

Nous avons besoin de votre appui pour faire bouger les lignes et notamment convaincre notre gouvernement de tourner la page et de rétablir des relations avec ce pays qui était si proche de nous.

Rejoignez nous.

L’AFS qui milite dans ce sens a besoin de toutes les compétences et les bonnes volontés.

Communiqué de l’AFS en raison de la pandémie liée au coronavirus

Amis syriens, amis de la Syrie,

Tout laisse à penser que la crise sanitaire que nous traversons va durer. Tout laisser à penser aussi que les préoccupations de nos gouvernants sont, aujourd’hui, à cent lieues de notre souhait de voir les relations entre Paris et Damas, s’améliorer et redevenir « normales ». Qu’elles sont concentrées sur notre pays qui souffre et non sur les affres que connaissent nos amis syriens.

Rien de nous empêche de manifester notre solidarité envers les Syriens qui continuent à endurer depuis neuf années les dures souffrances d’une guerre atroce et qui doivent également lutter, comme nous, contre le Covid 19 qui risque de faire des ravages en Syrie par manque de moyens dû à l’embargo sur les médicaments et les produits de première nécessité, mais aussi par insuffisance des structures hospitalières qui pour de nombreuses d’entre elles ont été détruites par la guerre.

C’est dans ces moments qu’il faut faire preuve de générosité et de solidarité envers les Syriens par l’entremise des associations humanitaires de votre choix opérant en Syrie.

Cela ne signifie en rien qu’il faut abandonner nos objectifs ou croire qu’ils sont devenus hors de portée. Le court et moyen terme est une chose et le long terme, celui qui façonnera notre avenir, une autre qui demeure beaucoup plus importante.

Il nous faut donc nous préparer et pour cela serrer les rangs, grandir, justifier notre existence, fourbir nos arguments et élargir le champ de nos contacts.

Certes, il peut paraître abusif en ces temps turbulents où chacun se calfeutre, applique les règles édictées pour se cuirasser et protéger les autres de penser à ce pays lointain ! Mais justement, confinés comme nous le sommes, nous pouvons réfléchir, échafauder des méthodes afin que la normalité revenue, nous soyons en ordre de bataille.

Confinement ne veut pas forcément dire isolement, alors envoyez-nous vos témoignages, vos idées, vos écrits, vos photos, que nous publierons dans la mesure du possible sur notre site et sur les pages de nos réseaux sociaux.

Inventons un monde meilleur, donnons de la profondeur au mot amitié.

Veillez à votre santé, condition sine qua non pour l’efficacité de notre association

Tenons bon !

 

Patrice Mouchon                                                    Didier Destremau
Ancien Président de l’AFS                                        Président de l’AFS

Communiqué du HCR: situation sud-ouest de la Syrie

Dans le cadre du partenariat entre l’AFS et le HCR nous publions le Communiqué de presse  du HCR:

 

Paris, le 5 juillet 2018

 

Déclaration de Filippo Grandi, Haut Commissaire des Nations Unies pour les réfugiés, sur la situation au sud-ouest de la Syrie

 

 

Je suis extrêmement inquiet pour la population civile, qui est prise au milieu des tirs croisés dans le sud-ouest de la Syrie – y compris des frappes aériennes et de lourds bombardements. Environ 750 000 vies humaines sont en danger. Plus de 320 000 personnes sont maintenant déplacées et la plupart vivent dans des conditions de précarité et d’insécurité, dont environ 60 000 personnes qui campent au point de passage frontière avec la Jordanie à Nasib/Jaber.

Bien que les communautés locales en Syrie aient ouvert leurs portes pour accueillir un grand nombre de personnes déracinées, la plupart sont forcées de vivre en plein air ou dans des abris de fortune qui offrent peu de sécurité et de protection contre les éléments. Un grand nombre de femmes et d’enfants se trouvent parmi les personnes déracinées, ainsi que des personnes âgées, des blessés et des malades. Parmi les déplacés se trouvent également des travailleurs humanitaires locaux dévoués qui sont venus en aide à la population civile depuis le début du conflit.

De toute évidence, la priorité absolue est de trouver une solution politique au conflit et d’épargner de nouvelles souffrances aux civils syriens. Pendant ce temps, les Nations Unies et ses partenaires font leur possible pour acheminer une aide vitale à la population dans le sud-ouest de la Syrie depuis l’intérieur même de la Syrie et de l’autre côté de la frontière jordanienne, mais la situation de sécurité entrave nos efforts pour atteindre un grand nombre de personnes qui ont cruellement besoin d’aide.

J’appelle toutes les parties à redoubler d’efforts pour faire cesser les hostilités, permettre aux agences humanitaires de livrer du matériel vital de secours et d’abris ainsi que d’évacuer les blessés. La protection, la sécurité et la sureté des civils ainsi que celles des travailleurs humanitaires sont cruciales. Il s’agit d’un principe fondamental en vertu du droit international humanitaire qui doit être garanti par toutes les parties au conflit et la communauté internationale dans son ensemble.

Les hostilités dans la région frontalière constituent un risque vital et ne laissent pas d’autre choix que de rechercher la sécurité en Jordanie voisine. Je salue la Jordanie qui assure généreusement la protection de centaines de milliers de réfugiés syriens depuis le début de la crise. Je remercie également ce pays qui fait son possible pour fournir et faciliter l’assistance aux personnes dans le besoin à l’intérieur de la Syrie. Etant donnés les dangers immédiats, je plaide pour qu’un refuge temporaire soit octroyé en Jordanie aux personnes en quête de sécurité et j’appelle la communauté internationale à accorder un soutien immédiat et significatif à la Jordanie, dans un esprit de solidarité et de partage de la responsabilité.

Le HCR se tient prêt à intensifier immédiatement ses efforts d’assistance à l’intérieur de la Syrie et en Jordanie. Des milliers de personnes innocentes vont perdre la vie, une fois encore, si aucune action urgente n’est mise en œuvre.

 

Contacts médias:

 

 

 

Représentant personnel du président de la République française pour la Syrie

L’AFS a le plaisir de vous communiquer l’information suivante:

L’actuel ambassadeur de France en Iran François Sénémaud, ancien directeur du renseignement à la DGSE, a été nommé aujourd’hui en Conseil des ministres représentant personnel du président de la République pour la Syrie, a annoncé le porte-parole du gouvernement Benjamin Griveaux.

Le dossier de la Syrie, où la France a fermé son ambassade sans toutefois rompre formellement les relations diplomatiques, était piloté depuis 2014 au ministère des Affaires étrangères par Franck Gellet, 54 ans, qui vient d’être nommé ambassadeur de France au Qatar.

M. Sénémaud, 61 ans, devrait quitter ses fonctions à Téhéran en août, a indiqué M. Griveaux, qui a précisé que « nous ne rouvrons pas une ambassade en Syrie ». M. Sénémaud arrivait au terme de ses fonctions en Iran. « Nous ne rouvrons pas une ambassade en Syrie », même si le titre du diplomate sera « représentant personnel du président de la République, ambassadeur pour la Syrie », à compter du 27 août, a précisé le porte-parole du gouvernement français.

Le conseil d’administration de l’Association d’amitié France Syrie se félicite de cette décision qui n’est probablement pas étrangère aux actions que nous avons menées.

Nous espérons que DAMAS réagira favorablement en vue de renouer le dialogue avec la France.

La Charte des Nations unies a une nouvelle fois été bafouée.

La Charte des Nations unies a une nouvelle fois été bafouée.

Sans aucune décision du Conseil de sécurité, donc sans mandat de l’ONU, les États-Unis en tête, la Grande-Bretagne et la France ont frappé la Syrie dans la nuit de vendredi à samedi, les 13 et 14 avril dernier en guise de représailles aux « présumées attaques chimiques sur Douma ».

Alors que l’OIAC devait lancer ses investigations en vue de vérifier la présence de gaz toxique le 14 avril, manifestemen,t sans aucune preuve de l’origine de ces attaques chimiques, la France a embrayé le pas pour participer aux frappes punitives contre la Syrie, État indépendant, membre des Nations Unies.

L’AFS, qui se bat depuis le début du conflit syrien pour préserver l’amitié séculaire entre la France et la Syrie, entre les Français et les Syriens et pour instiller un esprit de médiation dans cette horrible guerre voit ses ambitions ruinées par de tels  actes.

Alors que la France pourrait se démarquer de la logique guerrière des États-Unis, pour jouer un rôle capital en faveur du peuple syrien, en ouvrant une antenne consulaire dédiée à nos compatriotes doubles nationaux ou pas et en prenant l’initiative de faire lever l’embargo sur les produits de 1re nécessité, afin de montrer que la France est aux côtés du peuple syrien qui souffre tellement après plus de 7 ans de guerre, les armes ont pris le dessus.

L’AFS ne peut que condamner une telle violation du droit international et souhaite ardemment un retour fort et immédiat aux principes qui ont été institués par la Charte des Nations Unies.

Elle appelle au retour de la France vers une politique humanitaire en Syrie en faveur du peuple syrien qui se comporte d’une manière admirable dans ce drame qui n’en finit pas.

La politique sans conscience n’est que ruine de l’âme.

ASSEMBLÉE GÉNÉRALE ORDINAIRE 2018

Madame, Monsieur,

Conformément à l’article XI de nos statuts, j’ai le plaisir de vous convier à la réunion de XXVème Assemblée Générale ordinaire de notre Association qui se tiendra le :

Mercredi 7 mars 2018 à 18h30

Salle Germaine Tillon

Patronage Laïque Jules Vallès

72, avenue Félix Faure 75015-Paris (M° Boucicaut)

Ordre du jour:

  • Allocution du Président,
  • Rapport moral,
  • Rapport financier,
  • Suggestions et questions diverses.

Au cas où il ne vous serait pas possible d’assister à cette Assemblée Générale, nous vous serions obligés de nous retourner le pouvoir ci-joint, établi au nom de l’adhérent de votre choix.

Une conférence à laquelle vous êtes invités suivra la tenue de cette Assemblée Générale à 19 h30, sur le thème:

« De la guerre civile au conflit régional »

État des lieux sur la situation en Syrie.

Par monsieur Georges Malbunot

Nous vous prions de croire, Madame, Monsieur, en l’assurance de nos sentiments les meilleurs.

Patrice MOUCHON

Le Président

Vœux du Conseil d’administration et du Président pour l’année 2018

Chers amis,

Les membres du Conseil d’Administration se joignent à moi pour vous présenter tous nos meilleurs vœux pour cette nouvelle année.

Lors du dernier conseil, nous avons pour l’année 2018 décidé de mener deux actions qui nous apparaissent essentielles pour la sauvegarde de l’amitié entre la France et la Syrie.

La première concerne la réouverture d’une antenne consulaire à Damas.

En effet depuis la suspension des relations diplomatiques toutes les affaires sont traitées par le Consulat de France à Beyrouth.

Or de nombreux français ou Franco-Syriens résidant en Syrie et particulièrement à Damas ont besoin de recourir aux services consulaires pour leurs démarches administratives.

Il serait utile qu’ils puissent bénéficier de ces services à Damas sans être obligés de se rendre à Beyrouth par des routes qui ne sont pas encore entièrement sécurisées.

Au-delà de cet aspect pratique, cela serait un premier pas vers le rétablissement de relations diplomatiques dont la France et la Syrie ont tant besoin au service de la paix.

A l’heure où le gouvernement français semble prendre conscience de la nécessité de négocier avec le gouvernement syrien pour faire avancer le processus de paix, il apparait hautement souhaitable qu’à minima soit rétablie une antenne consulaire.

Dans ce but nous entreprendrons toute démarche propre à convaincre le Gouvernement français.

Mais ce n’est pas tout.

Le Conseil d’administration a également décidé de mener des actions en vue de suspendre l’embargo sur les produits de première nécessité vis-à-vis de la Syrie.

Une telle décision serait de nature à faire en sorte que nos amis syriens voient leur vie s’améliorer.

Il existe notamment une pénurie de médicaments qui entraine des souffrances accrues pour les Syriens qui doivent pouvoir après 6 ans et demi de guerre, bénéficier non seulement d’un accès aux soins, mais également d’un légitime accès à tout produit de première nécessité.

Prendre une telle décision permettrait de rendre justice à un peuple qui a tant souffert de cette guerre et qui a fait les frais d’une politique internationale pour le moins ambigüe.

C’est ainsi que nous allons mener ces actions de concert avec le Groupe d’amitié France-Syrie du Sénat représenté par notre ami le Sénateur Jean-Pierre Vial membre d’honneur de notre association qui, de son côté, mène de telles actions.

Cela ne sera pas chose facile, mais nous considérons qu’il est impérieux qu’elles soient tentées sinon le but même de notre association en serait ébranlé.

Au-delà de ces actions capitales et humanitaires, nous souhaiterions que nos adhérents se manifestent en nous renvoyant le présent éditorial dument signé accompagné de vos témoignages sur l’avantage de pouvoir disposer d’une antenne consulaire à Damas et sur les conséquences de l’embargo sur les produits de première nécessité.

Nous vous en remercions de votre soutien et souhaitons vous voir nombreux lors de notre prochaine assemblée générale dont la date vous sera communiquée sous peu.

Patrice Mouchon

Président.

 

 

 

Soucis techniques

Chers abonnés,

Nous vous informons que notre site internet a récemment rencontré quelques soucis techniques rendant indisponibles nos pages du 5 au 11 juillet.

Nous vous prions de bien vouloir nous excuser pour ce désagrément.

Le site est de nouveau opérationnel depuis le 12 juillet.

Comme toujours, n’hésitez pas à nous faire part de vos précieux commentaires.

Cordialement,

Le service technique