De la vérité de l’information.

Depuis le commencement des événements en Syrie en mars 2011 qui se sont progressivement transformés en conflit armé et insurrectionnel puis international, une autre guerre a commencé, dès le début, celle de l’information ou plus exactement de la manipulation de l’information.

Lorsque l’on est un honnête citoyen, ou une association comme la nôtre nous suivons l’actualité, rencontrons des journalistes, des hommes politiques, des spécialistes de géopolitique, des représentants des états français et syrien, des fonctionnaires, des diplomates et de simples citoyens se trouvant sur place et portant témoignage pour nous faire une opinion et analyser comment contribuer au respect des peuples, au dialogue et à la paix. Nous organisons des colloques, invitons des intervenants sérieux en vue de contribuer à une information plus équilibrée pour respecter notre engagement de neutralité. Ce n’est pas une tâche très facile. Malgré mille précautions, il nous arrive d’être accusés de pactiser avec l’ennemi, mais quel ennemi ? Nos lecteurs, nos adhérents et sympathisants et non sympathisants, hommes politiques seraient bien inspirés de prendre le temps de la réflexion. Ce temps pourrait passer par la lecture d’ouvrages dont les auteurs ont su prendre du recul. C’est ainsi que nous vous recommandons de lire l’excellent ouvrage de Michel Lemay intitulé VORTEX. La vérité dans le tourbillon de l’information publié aux éditions Québec Amérique inc en 2014.
L’auteur met en relief, à la suite d’une analyse rigoureuse, « qu’une partie de l’information que nous livre la presse est fausse. Ou recueillie, mise en forme et présentée de manière à manipuler, ce qui revient au même »…

« Parce que le public sait qu’on le trompe et qu’on le regarde de haut, le cynisme progresse et la confiance recule. »
« Ce n’est évidemment pas toute l’information qui est fausse. La vaste majorité des journalistes sont immergés, on aurait envie de dire coincés, dans un système, une culture, une mentalité qui ne changera pas facilement. Et ce système tolère, voire cultive et met en vedette l’information fausse, avec laquelle doit cohabiter comme elle peut, l’information honnêtement faite, qui ne part pas gagnante ».

A la lumière de cette analyse critique qui ne doit pas épargner les gouvernements ou ceux que la classe politique et la presse appellent le Régime de Bachar El-Assad, nous prenons le risque de publier deux types d’informations sur la situation à Alep à l’heure où les belligérants ont accepté une suspension très provisoire des hostilités.
Il s’agit d’une interview du Dr Antaki qui réside et travaille à Alep et un compte rendu d’Assawra – الثورة Site du Mouvement Démocratique Arabe
موقع الحركة العربية الديمقراطية.

https://assawra.blogspot.fr/2016/05/syrie-retour-au-calme-alep-grace.html

http://arretsurinfo.ch/alep-linformation-mensongere-continue-par-nabil-antaki/

On pourra constater que même des personnes modérées relatent les évènements d’une manière différente.
Cependant le témoignage de l’un et la position de l’autre méritent l’attention à égalité de traitement pour comprendre les évènements.
Car au-delà d’un problème classique de la vérité de l’information ou d’un témoignage, il apparait de plus en plus urgent de dire la vérité afin que les négociations de paix puissent progresser et que le peuple syrien trouve les voies et moyens de la réconciliation. Les grandes puissances devraient aider à faire éclore cette vérité et de contribuer à voir la réalité d’un conflit qu’elles ont alimenté en fonction de leurs propres intérêts.
Le Bureau de l’Association France Syrie. A Paris le 10 mai 2016.

Share

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *