Conférence de Sami Kleib le 29 octobre 2019 à l’AFS

L’association Amitié France-Syrie a eu le privilège d’accueillir Sami Kleib le   29 octobre 2019 au restaurant Dar qui lui a ouvert ses portes. Une centaine ses membres et de sympathisants notamment appartenant à l’association Troubadours se pressaient dans la salle.

Journaliste libanais de nationalité française, reporter de guerre. Sami Kleib est chef des infos de la chaîne de télévision Al-Mayadeen (Les places), qu’il a co-fondée en 2011, avec Ghassan Bin Jiddo, après avoir quitté Al-Jazeera. Après des études à la Sorbonne, il a travaillé Radio France international et France 24 tout comme à Radio Monte Carlo international (1990-2009). – Directeur de l’information sur la chaîne Al-Mayadeen, Beyrouth (2011-). Il présente le programme « Le Jeu des Nations ».

Il a publié plusieurs ouvrages dont le dernier, Syrie, documents secrets sur une guerre programmée se distingue par la révélation inédite des documents confidentiels, précisément ceux qui ont mené au drame syrien. C’est précisément de ce sujet dont il a parlé à cette conférence. Depuis le début des évènements en Syrie, en mars 2011, jusqu’au retrait américain en décembre 2018, de nombreuses questions s’imposent.. L’attachement indéfectible d’el Assad au pouvoir est-il réellement la cause du déclenchement de la guerre ? à contrario, le président syrien a-t-il épargné à son pays, le destin dramatique que connaissent aujourd’hui l’Irak ou la Libye? Quels sont les rôles respectifs des grandes nations ? Quel est le véritable enjeu de ce conflit, qui s’est révélé international ? et quelles pouvaient être les inquiétudes profondes des russes, des américains, des français ou même des monarchies du Golf ? Fondée sur des témoignages inédits et des documents confidentiels, l’enquête de Sami Kleib dévoile les secrets de ce conflit. Fin connaisseur de la scène géopolitique, il a exposé ses vues, clés indispensables pour comprendre les motivations politiques et idéologiques des divers acteurs de cette crise internationale. En dressant un portrait détaillé du président syrien et du contexte régional et international, Sami Kleib a mis à la disposition des membres de l’association et de ses sympathisants les secrets d’une guerre qui ne sont pas révélés à quiconque.

De nombreuses questions lui ont été posées auxquelles il a répondu avec brio et humour.

Merci e tout cœur Docteur Kleib…

Dîner Annuel du 10 novembre 2018

L’Association d’Amitié France-Syrie et l’Association Médicale Franco-Syrienne

ont le plaisir de vous convier au

DÎNER ANNUEL COMMUN

qui aura lieu au 

Restaurant AL DAR

93, avenue Raymond Poincaré

75016 PARIS

Tel : 0145016955

Métro : Victor Hugo

Samedi 10 novembre 2018

à 20 heures

Nous vous attendons encore plus nombreux cette année avec votre famille et vos amis à cette soirée conviviale d’amitié franco-syrienne.

Prix par personne : 55 €

Bulletin-Réponse diner annuel 2018


 

BULLETIN-RÉPONSE

DINER ANNUEL 2018

A retourner avant le 5 novembre 2018 accompagné du chèque correspondant à

Association d’Amitié France-Syrie

17, rue du Colisée

75008 Paris

Civilité ……………………………………………………………………………………

Nom et prénom ………………………………………………………………………….

Adresse : …………………………………………………………………………………

Adresse perso 2 : …………………………………………………………………………………

Nombre de personnes : ………………………………………………………………….

Ci-joint chèque de ……………………………………………………………………….

ASSEMBLÉE GÉNÉRALE ORDINAIRE 2018

Madame, Monsieur,

Conformément à l’article XI de nos statuts, j’ai le plaisir de vous convier à la réunion de XXVème Assemblée Générale ordinaire de notre Association qui se tiendra le :

Mercredi 7 mars 2018 à 18h30

Salle Germaine Tillon

Patronage Laïque Jules Vallès

72, avenue Félix Faure 75015-Paris (M° Boucicaut)

Ordre du jour:

  • Allocution du Président,
  • Rapport moral,
  • Rapport financier,
  • Suggestions et questions diverses.

Au cas où il ne vous serait pas possible d’assister à cette Assemblée Générale, nous vous serions obligés de nous retourner le pouvoir ci-joint, établi au nom de l’adhérent de votre choix.

Une conférence à laquelle vous êtes invités suivra la tenue de cette Assemblée Générale à 19 h30, sur le thème:

« De la guerre civile au conflit régional »

État des lieux sur la situation en Syrie.

Par monsieur Georges Malbunot

Nous vous prions de croire, Madame, Monsieur, en l’assurance de nos sentiments les meilleurs.

Patrice MOUCHON

Le Président

Comment demain faire Revivre la Syrie.

L’AFS vous communique l’invitation que nous a adressée Monsieur Michel Morzière  Président d’honneur de l’Association Revivre.

Après six années de barbarie, la Syrie est un pays ravagé et les Syriens sont un peuple martyrisé. Bien que la situation demeure très incertaine, il est temps de réfléchir au jour d’après, celui où la Syrie pourra penser à revivre.

Cette table ronde, organisée par l’association Revivre, ambitionne de réfléchir au jour où la Syrie émergera de cet interminable cauchemar.

L’Association Revivre vous invite à une table ronde

Sous le parrainage de Monsieur Jack Lang

Président de l’IMA

Animée par Madame Isabelle Hausser, écrivaine.

A l’Institut du Monde arabe Salle du haut Conseil

1, rue des Fossés– Saint Bernard Place Mohamed V, Paris 5e

Samedi 18 mars 2017, de 19h à 21h

Réservation conseillée avant le 16mars : invitations@imarabe.org

Vous trouverez ci-dessous le carton d’invitation et le programme.

IMA_CARTON_INVITATION_18_MARS

Syrie: fin des discussions de Genève avec un « agenda clair »

Staffan de Mistura, à Genève, le 3 mars 2017 (Afp)

Les discussions de Genève ont pris fin avec l’acceptation par les belligérants syriens d’un « agenda clair » incluant la gouvernance et la lutte contre le terrorisme, et l’ONU prévoit un nouveau rendez-vous en mars.

Après un peu plus d’une semaine de discussions difficiles, l’émissaire de l’ONU pour la Syrie, Staffan de Mistura, a fait vendredi soir le bilan de ce quatrième round de négociations.PUBLICITÉ »Le train est prêt, il est en gare, les moteurs chauffent. Tout est prêt, il a juste besoin d’un accélérateur », a déclaré M. de Mistura.

« Je crois que nous avons à présent un agenda clair devant nous », a indiqué l’émissaire. « Nous avons discuté de procédure, mais nous avons aussi discuté de substance », a-t-il dit.

Ce diplomate chevronné, dont l’optimisme chronique bute depuis près de trois ans sur le du conflit syrien, a prévu de se rendre la semaine prochaine au Conseil de sécurité de l’ONU à New York.

Ensuite, a-t-il dit, « nous aurons Astana (…) pour consolider le cessez-le-feu, et puis à nouveau Genève », en mars.

La Russie, alliée de Damas, et la Turquie, soutien des rebelles, parrainent en effet depuis fin décembre un processus parallèle de négociation à Astana (Kazakhstan), centré sur les questions militaires.

Si huit jours de discussions à Genève n’ont pas permis d’avancée majeure, de tous petits pas ont été accomplis, et aucun des belligérants n’a pris le risque de claquer la porte.

Le médiateur de l’ONU a enchaîné les rendez-vous avec toutes les parties: la délégation du régime, celle du Haut comité des négociations (HCN, principale délégation de l’opposition), et les opposants proches de la Russie, le « Groupe du Caire » et le « Groupe de Moscou ».

Les pourparlers n’ont en effet pas permis d’entamer des discussions directes entre les belligérants. Les deux parties se sont simplement fait face lors de la cérémonie d’ouverture jeudi dernier, dans une ambiance polaire.

A l’issue des négociations, Bachar al-Jaafari, l’austère chef de la délégation du régime, a quitté l’ONU sans s’adresser aux médias, tandis que le chef des négociateurs de l’opposition syrienne, Nasr al-Hariri, a jugé cette session « plus positive ».

Terrorisme et transition politique

Les discussions ont essentiellement porté sur des questions d’agenda mais ont permis, pour la première fois, d’obtenir un « agenda clair » en quatre points, selon Staffan de Mistura.

Le gouvernement avait insisté à plusieurs reprises ces derniers jours sur sa volonté d’ajouter la lutte contre le terrorisme aux trois autres éléments prévus par l’émissaire avant le début des négociations, à savoir la gouvernance – thème flou pour évoquer une transition politique -, la Constitution, et les élections. Il a obtenu gain de cause.

Ces quatre sujets seront discutés « en parallèle », a assuré l’envoyé spécial, mais les questions de stratégie contre le terrorisme seront discutées à Genève tandis que la partie opérationnelle de la lutte contre le terrorisme sera abordée à Astana.

Pression russe

Les pourparlers de Genève visent à mettre fin à la guerre en Syrie, qui a fait plus de 310.000 morts et des millions de réfugiés alors que le conflit va entrer le 15 mars dans sa septième année.

Trois sessions de discussions en 2016 s’étaient soldées par un échec, en raison des violences sur le terrain et de l’insistance du régime à parler de terrorisme, quand l’opposition réclamait des discussions sur une transition politique.

Mais les positions se sont nuancées, sous l’influence de l’acteur majeur du dossier, Moscou. Présent à Genève pour le Conseil des droits de l’Homme, le ministre adjoint des Affaires étrangères russes, Guennadi Gatilov, a rencontré la délégation du régime, et, fait sans précédent, celle du HCN.

La Russie intervient militairement en Syrie depuis septembre 2015 et a permis au régime du président Bachar al-Assad de se renforcer sur le terrain. Elle tire aussi les ficelles sur le plan politique, en l’absence des Etats-Unis, dont le président Donald Trump n’a donné jusqu’à présent aucun signe d’implication dans la recherche d’un règlement du conflit syrien.

Et les pressions russes semblent avoir payé, puisque pour la première fois le régime a annoncé publiquement à Genève qu’il était prêt à discuter des trois thèmes politiques fixés par M. De Mistura.

La pression de Moscou s’est exercé aussi sur l’opposition. Jeudi, la porte-parole de la diplomatie russe a accusé le HCN de « saboter » le processus de Genève, intimant implicitement à l’opposition d’intégrer en son sein les représentants des groupes du Caire et de Moscou.

Discours du Président Patrice Mouchon à l’AG de l’AFS

Discours du Président Patrice Mouchon à l’Assemblée Générale de l’AFS du 26 janvier 2017 et présentation de la conférence d’Antoine SFEIR .

 

Mesdames, Messieurs, Chers Amis,

Je réitère tous mes vœux pour cette année 2017, qu’elle vous soit bonne et profitable, ainsi qu’à vos familles.

Je veux également m’adresser, avec les membres du Conseil d’Administration qui m’entourent, et que je remercie pour leur disponibilité et l’excellence de leur travail, pour dire aux Syriens de Syrie combien nous pensons à eux.

Car ils continuent à souffrir dans toute la Syrie, ceux d’Alep qui ont subi les conséquences d’une guerre terrible.

Heureusement les canons se sont tus ainsi qu’à Damas qui continue à recevoir des obus de mortier et subir la guerre de l’eau.

Je tiens à citer les mots justes empreints d’une grande émotion de notre ami Samir Abdulac qui revient de Damas, et qui a retrouvé une ville appauvrie et en proie aux pénuries de la guerre.

Rendez-vous sur le site de la Direction Générale des Antiquités et des Musées de Syrie qui publie les photos des villes meurtries par la guerre.

La reprise de Palmyre par l’État islamique est tombée comme une douche froide alors que sa libération avait suscité un espoir.

Plus grave encore, notre amie Ségolène de Pontbriand a été la première à nous annoncer la destruction des tétrapiles et une partie du Théâtre Romain de Palmyre.

Nous avons légitimement posé la question de savoir comment l’aviation russe et celle de la coalition avaient pu laisser passer des colonnes de camions de l’État islamique entre Deir ez-Zor ou Raqqa et Palmyre.

Le patrimoine de l’Humanité est en train de disparaître à Palmyre.

Certains dans leurs commentaires nous exhortent à nous occuper des humains et non des vieilles pierres.

Or, comme vous le savez, nous faisons à l’Association les deux, mais nous avons toujours dit avec nos amis archéologues du Conseil d’Administration, Christiane Delplace et Pierre Leriche, qu’un peuple sans histoire, sans mémoire est un peuple errant qui risque de perdre son identité.

Mais rassurez-vous, il suffit d’écouter nos amis Syriens pour se rendre compte à quel point ils sont attachés à leur culture, à leur patrimoine qu’ils sauront défendre face à la barbarie.

En ce début d’année 2017, nous avons néanmoins une note d’espoir.

Je veux parler de la Conférence d’Astana du 24 janvier.

Elle a permis de rassembler l’opposition et les représentants du gouvernement syrien sous le patronage de la Russie, de l’Iran et de la Turquie.

Outre la garantie du cessez-le-feu, cette rencontre a ouvert la voie aux négociations qui auront lieu à Genève le 8 février prochain.

Dans la déclaration commune, il a été déclaré qu’il n’y avait aucune solution militaire au conflit syrien, qui ne peut être résolu qu’au travers d’un processus politique.

Staffan de Mistura, l’envoyé spécial de l’ONU pour la Syrie, a salué : « un évènement comme il n’y en avait jamais eu jusque-là » à l’occasion duquel « les représentants des groupes armées et le gouvernement syrien ont pu se parler ».

C’est ce que l’AFS n’a cessé de réclamer depuis le début de ce conflit.

Espérons que ce dialogue va se poursuivre et qu’une solution sera trouvée, mais tout cela est bien naturellement très fragile.

En tant qu’Association d’Amitié France-Syrie, nous déplorons que la France ne fasse pas partie de ces négociations.

Espérons qu’elle soit présente à Genève.

Car nous persistons à penser que la France a un rôle important à jouer.

L’amitié entre la France et la Syrie est très ancienne.

Elle fait partie des fondamentaux entre nos deux peuples, même si les Syriens de tous bords la critiquent d’une manière acerbe.

Au sein de l’AFS, nous continuons d’y croire, de croire qu’un esprit de médiation va continuer à souffler en Syrie et nous militons ardemment pour que le dialogue entre les Syriens s’amplifie et que la paix revienne.

Car nous ne nous y trompons pas, la Syrie au Moyen-Orient a toujours été un espace pluriculturel et pluriconfessionnel, représentant un modèle du vivre ensemble nourri de sa grande culture millénaire.

Ici à Paris et en France, l’AFS continuera à développer ces échanges, et le dialogue et, comme vous l’a annoncé notre ami Sami Chatila dans son rapport moral, nous allons lancer des rencontres dans des cafés pour permettre ce dialogue entre des personnes de bonne volonté qui vont s’appeler « carrefour de l’amitié franco-syrienne ». Nous vous y convions nombreux afin de faire vivre cette amitié.

Vive l’amitié franco-syrienne.

Je vous remercie de votre attention.

 

Restez tous en place car nous allons maintenant accueillir Monsieur Antoine Sfeir qui va donner une conférence sur le thème :

La crise syrienne : les conséquences géopolitiques.

Le modérateur de cette conférence sera notre amie Caroline Galactéros, Administrateur de l’AFS et Géopoliticienne et je coordonnerai le dialogue avec vous tous.

Assemblée Générale de l’AFS du 26 janvier 2017

XXIVème Assemblée Générale

26 Janvier 2017

 

Rapport moral présenté par Monsieur Sami Chatila Secrétaire Général de l’AFS.

 

Nous avons poursuivi les objectifs de notre association : Consolider et de développer, dans tous les domaines, les liens historiques existant entre la France et la Syrie; et entre le peuple français et le peuple syrien, en dehors de toute interférence politique, idéologique ou religieuse.

Les rares fois où elle a traité des sujets géopolitique, notre association s’est toujours efforcée d’être dans l’analyse et non pas dans l’idéologie.

Nous persévérons dans notre analyse critique de la situation géopolitique, de nourrir le dialogue et de favoriser toutes initiatives en faveur de la paix.

Notre association est indépendante, elle a toujours regroupé des membres de toute tendance et de toute croyance, et a toujours refusé toutes les aides qui lui avaient été proposées des organismes officiels

Nous avons opté pour la position du non alignement de la neutralité, de l’objectivité et de la laïcité, telle qu’elle avait été tracée par nos anciens présidents Henri Servant et Bernard Lanot, et poursuivie par notre président Patrice Mouchon, malgré les critiques, les attaques et même les calomnies. Nous avons gardé l’unité de notre association, et accompli notre travail d’animation de l’AFS, la conscience tranquille.

En 2016 nous avons accompli les activités suivantes :

Le Conseil d’Administration s’est réuni quatre fois et le bureau une fois, durant l’année qui vient de s’écouler.

.

  • Activités du Président et du Conseil d’Administration

 

  • Le président a répondu à l’invitation de monsieur Michel Leprêtre proviseur du lycée Charles de Gaulle à Damas, en assistant à un concert qui eu lieu le samedi 19 mars au studio 104 de la maison de la radio auquel l’une des élèves du lycée a participé.
  • Le président a envoyé un mot d’amitié au docteur Chebib, dans lequel il regrettait l’annulation du colloque qu’il devait organiser au Mémorial de Caen alors que le panel était composé d’intervenants de qualité d’opinions diverses. Il est toujours regrettable que certains se comportent de la même façon que ceux qu’ils dénoncent. La France est un pays de liberté où toutes les opinions doivent pouvoir s’exprimer dans quel qu’enceinte que ce soit.
  • A la réunion du 25 mai 2016, le Conseil d’administration a pris acte, avec regrets, de la démission de madame Abdulhak, membre du Conseil et du Bureau, chargée de la communication mais a tenu à la remercier pour le travail exemplaire qu’elle a accompli au service de l’amitié franco-syrienne. Restant membre de l’AFS elle continue à participer à l’activité éditoriale de l’association en coordination avec Didier Destremau.
  • Au cours de sa réunion du 6 novembre 2016, le Conseil d’Administration a approuvé à l’unanimité la proposition du président de coopter madame Caroline Galactéros au poste d’administrateur.

Nous nous rappelons de sa brillante conférence au cours de notre dîner annuel du 1er octobre 2016.

  • Activité communications

 

  • Le Conseil d’Administration a procédé à la restructuration de notre système et de nos outils de communication.

Les sites :

  • Notre contrat avec la société qui gère notre site a été résilié et le président a restructuré le site « www.francesyrie.org » avec un autre système plus pratique et meilleur marché.via WordPress.

Comme vous l’avez constaté, ce nouveau site est opérationnel depuis le mois de juillet dernier, et toutes les données de l’ancien site y ont été transférées.

  • La page Facebook avec pour adresse : facebook.com/France.Syrie/ rencontre toujours un franc succès. Pour les dernières publications en vitesse de croisière nous avons entre 150 à 300 personnes qui nous suivent mais pour les publications qui sont boostées nous atteignons près de 6000 vues ce qui est très important pour une petite association comme la nôtre.

L’équipe Communication :

Le président assure désormais avec l’aide de son fils l’administration et la maintenance des sites en coordination avec Didier Destremau qui recommande des articles ou en rédige lui-même.

Madame Christiane Delplace s’est portée volontaire pour assurer la rédaction de la lettre de l’association, le dernier numéro a été publié au début de l’année.

 

Monsieur Didier Destremau a été désigné lors du dernier Conseil d’administration pour constituer un comité éditorial composé de Caroline Galactéros qui excelle dans ses articles sur son blog et dans la presse.

Tous deux bénéficieront du concours de monsieur Alain Corvez, du Père Lelong, et de la brillante plume de monsieur Christian Lochon pour ses articles (histoire et culture),

Sans oublier que chacun d’entre vous peut y contribuer et proposer des articles, notes de lecture, publications scientifiques, archéologiques et culturelles.

  • Manifestations

 

3-1       Colloque du 11 mars 2016 :

La principale de nos actions fut la co-organisation avec le groupe d’amitié France-Syrie du sénat d’un colloque sur la Syrie.  Nous avions joué le rôle de force de proposition auprès du groupe d’Amitié France-Syrie du Sénat, nous avions été les concepteurs de ce colloque, et avions élaboré un projet de programme.

Mais au cours du temps, nos interlocuteurs ont changé, ceux du groupe d’amitié France Syrie ont été remplacés, le thème a été modifié, de Syrie nous sommes passés à Syrie-Irak, une session sur les chrétiens d’Orient a été introduite, et le titre du colloque s’est transformé en «Détruire l’Etat islamique, et après ? Les conditions d’un retour à la paix au Moyen-Orient».

Arguant du fait que les graves problèmes posés dans ces deux pays n’ont ni les mêmes origines, ni les mêmes conséquences nous avons réduit notre rôle en une intervention du président Mouchon que vous pouvez trouver dans le compte rendu du colloque publié sur le site du sénat.

Nous avons maintenu nos contacts étroits avec les Groupes d’amitié France Syrie du Sénat et de l’Assemblée Nationale présidé respectivement par le Sénateur Jean-Pierre Vial et par le Député Gérard Bapt.

3-2       Dîner annuel :

Cette année, le dîner annuel fut conjointement organisé par l’AFS et l’Association médicale Franco-syrienne le 1er octobre 2016.

(Au cours de la réunion de l’Assemblée Générale en janvier 2016, et à la suite d’une proposition de l’un de nos membres, le président avait promis d’organiser le dîner dans un restaurant syrien proposé par l’un de nos membres. Nous n’avons pas été en mesure de répondre à cette amicale proposition, car le nombre estimé des participants dépassait la capacité d’accueil de ce restaurant de 55 places.

 

En effet,90 personnes ont participé à ce dîner, et nous avons noté une moindre participation de la part des membres de l’AFS que les années précédentes.

L’ambiance était très conviviale, et de bons contacts se sont noués entre les membres des deux associations, et nous avons eu le plaisir d’enregistrer plusieurs adhésions au cours de ce dîner

Nous avons émis quelques critiques sur le service qui n’a pas été à la hauteur, le restaurateur n’ayant pas honoré ses engagements, ni sur le service, la qualité de certains plats .

Nous vous proposons de renouveler l’expérience de l’organisation du dîner par les deux associations, et de choisir un prestataire plus sérieux.

  • Projets pour 2017
    •  Colloque

Le Président du Groupe d’Amitié France-Syrie de l’Assemblée Nationale, a fait part au président Mouchon de son souhait d’organiser conjointement un colloque à l’Assemblée Nationale. Le projet est en discussion, mais il semble difficile d’entreprendre une action avant les élections de juin prochain.

  • Cafés thématiques :

Dans l’objectif de resserrer les liens entre les adhérents et d’animer la vie de l’association, nous proposons d’organiser périodiquement, dans un café par exemple, des « réunions thématiques » en petits groupes, sur des sujets divers.

Au cours de chaque rencontre un sujet déterminé à l’avance sera traité par un conférencier, et sera suivi par un échange avec les participants.

Cette idée qui été émise par le président et approuvée par les Conseil d’Administration aura trois avantages :

  • Son organisation est légère,
  • Elle créera une certaine émulation au sein de l’association,
  • Elle peut être itinérante, c’est-à-dire organisée non seulement à Paris mais dans la région, si un nombre suffisant d’adhérents le demande.

Nous pourrions l’appeler, « Le carrefour de l’amitié France-Syrie »,

Si l’Assemblée l’approuve, ce projet pourrait être lancé dans le courant du premier semestre 2017.

  • Dîner Annuel :

Comme chaque année, nous organiserons un dîner, qui vous sera annoncé en temps utile.

  • Contacts avec d’autres associations Franco-Syriennes

Nous poursuivrons le dialogue avec les représentants des différents groupes en faveur de la paix en Syrie.

  • Projet de colloque à Damas :

Le docteur Elias Lahham, président du Forum National Syrien, et chef du service chirurgie à l’hôpital français de Damas a rencontré le président Mouchon à plusieurs reprises.

Il projette d’organiser un colloque sur « Le processus de réconciliation en Syrie » et souhaite que l’AFS y participe.

Le programme n’est pas encore défini, et le Forum National Syrien est ouvert à toute suggestion.

Comme nous avons été des précurseurs dans la mise en œuvre de processus de médiation, nous ne pouvons plus rester en retrait, et si nous participerons, nous serons très vigilants quant à d’éventuelles tentatives de récupération.

Comme l’a indiqué le président, et tel que cela figure dans l’ordre du jour, à la suite de nos interventions, nous entamerons un dialogue avec vous et nous avons hâte d’écouter vos remarques et vos propositions, afin de nous permettre de bâtir et d’orienter notre action dans le futur.

Je vous remercie pour votre attention.

 

 

Assemblée Générale de l’AFS du 26 janvier 2017

Paris, le 4 janvier 2017

ASSEMBLEE GENERALE ORDINAIRE

Madame, Monsieur,

Conformément à l’article XI de nos statuts, j’ai le plaisir de vous convier à la réunion de XXIVème Assemblée Générale de notre Association qui se tiendra le :

Jeudi 26 janvier 2017 à 18h00
Salle Germaine Tillon
Patronage Laïque Jules Vallès
72, avenue Félix Faure 75015-Paris (M° Boucicaut)
Ordre du jour:

1- Allocution du Président,
2- Rapport moral,
3- Rapport financier,
4- Suggestions et questions diverses.

Au cas où il ne vous serait pas possible d’assister à cette Assemblée Générale, nous vous serions obligés de nous retourner le pouvoir ci-joint, établi au nom de l’adhérent de votre choix.

Une conférence à laquelle vous êtes invités suivra la tenue de cette Assemblée Générale à 19 heures, sur le thème:

«La crise syrienne : les conséquences géopolitiques»
Par Monsieur Antoine Sfeir

Nous vous prions de croire, Madame, Monsieur, en l’assurance de nos sentiments les meilleurs.

Patrice MOUCHON
Le Président

Ci-joint l’invitation

Bonne année 2017

 

Les membres du Conseil d’Administration et le Président de l’Association d’Amitié France Syrie vous présentent leurs meilleurs vœux pour l’année 2017.

Le Conseil de sécurité vient de voter à l’unanimité la résolution de la Russie pour entériner l’accord de cessez-le-feu conclu entre Damas, Moscou et Ankara.

C’est incontestablement une première étape importante, mais pourtant beaucoup reste à faire et la guerre va malheureusement continuer, car la présence sur le sol syrien de très nombreux Groupes djihadistes sont exclus du cessez-le-feu.

Il en va ainsi d’Ahrar al-Sham, Jaich al Islam, al-Nosra, Ansar al-Islam regroupant plusieurs mouvements islamistes de l’ASL dont Liwa al-Islam, le Front islamique de libération syrien, etc… sans parler de Daech qui est loin d’être éradiqué. Tous des mouvements d’opposition armés islamistes radicaux (djihadistes, salafistes, Frères musulmans, Al-Qaïda…adeptes du mythe du califat et décidés à établir un régime chariatique, salafiste en Syrie, ne sont pas prêts à déposer les armes.

Le sort d’Idleb véritable poudrière reste en suspens, mais probablement pas pour longtemps.

La médiation entamée par la Russie entre les mouvements d’opposition modérée et le Gouvernement syrien peine à se mettre en place alors qu’il faudrait accélérer le processus et que de substantielles concessions soient faites de part et d’autre, car après 6 ans de crises et de guerre le peuple syrien n’en peut plus.

Gardons malgré tout espoir qu’un règlement intervienne et que la Syrie en partie détruite commence sa reconstruction.

Nous œuvrons au sein de notre Association pour préserver l’amitié entre la France et la Syrie dans une approche difficile de neutralité très critiquée, mais finalement respectée.

N’hésitez pas à nous rejoindre afin de nous aider à amplifier nos actions en faveur du dialogue et de la Paix.

Paris, le 2 janvier 2017

Dîner Annuel de l’AFS du 1er octobre 2016

Le Président Fayez Hoche, Le Président Patrice Mouchon

Le Président Fayez Hoche, Le Président Patrice Mouchon

Le dîner annuel de l’AFS, organisé cette année conjointement avec l’Association Médicale Franco-Syrienne a eu le 1er octobre 2016 au restaurant Al Dar près de Nôtre Dame à Paris.

Plus de 90 personnes des deux associations étaient présentes

Ce fût un moment de grande de convivialité.

Cette soirée a commencé par une intervention  du Président Fayez Hoche et du Président Patrice Mouchon suivie d’une présentation de Madame Caroline Galactéros spécialiste de géopolitique et d’intelligence stratégique, sur la situation en Syrie et les différentes positions des grandes puissances à la veille d’une négociation sur un projet de résolution devant le Conseil de sécurité de l’ONU.