reprise du quartier farfara dans la vielle ville d’ Alep

Notre amie May Abdhulhak nous communique un lien sur la reprise du quartier farfara par l’armée syrienne.

Ce lien est accompagné du commentaire de la romancière Simone Lafleuriel-Zakri qui avait une maison à Alep où elle a longtemps vécu.

« Alep

Une première vidéo de notre quartier  dans la Vieille Ville et  face nord de  la citadelle et pour ceux qui connaissent près de la très belle demeure où se tenaient  les  bureaux de la protection de la Vieille Ville :et avec la vidéo de l’armée syrienne qui commence à nettoyer et visiter !

Mais difficile de reconnaitre exactement et partout  où on est exactement  !  Nous avons  essayé de  visionner  à plusieurs amies, mais on ne  reconnait que des bouts de ce qui nous était pourtant si familier: parfois  on retrouve un signe de cette partie basse du souk ! On se réjouit de retrouver notre  quartier ( mais   dans la la partie nord, nord-est,   et  vers le quartier du souk  des boutiques de trucs chinois, de jouets et  d’ustensiles de cuisine etc.. mais nous ne sommes pas sûrs ! Mais c’est trop triste aussi poignant pour nous tous …Mais nos  familles et tous nos proches et voisins avec qui on se  parle tous les jours sont plus tranquilles. Ils écoutent au loin les bombardement mais plus  loin que Kallaseh et  kallaseh adim et plus loin encore  vers Baïdin  ou Hollok et ces  quartiers informels  très populaires où on n’allait qu’avec des artisans de Kallaseh.

Dans ces quartiers où  j’allais souvent,  il  y avait les entrepôts des ferrailleurs et   Hollok avec des marchés de juste de la campagne derrière, à l’interface d’Alep la citadine et  ses environs mi paysanne mi-ouvrière et artisane  et  plein   d’étals  de fruits et légumes et une odeur de fraises  partout… «

Cliquez sur le lien ci-dessous pour visionner le reportage diffusé par la TV syrienne « zanoubia » le

https://www.facebook.com/Zanoubia.TV1/videos/341834236150044/

 

L’archevêque d’Alep

L’archevêque d’Alep : « Si crimes de guerre il y a, ils sont perpétrés des deux côtés »

Mgr Jean-Clément Jeanbart, joint par téléphone dans la partie de la ville syrienne aux mains du régime de Bachar el-Assad, confie sa colère et son désarroi.

PROPOS RECUEILLIS PAR

Modifié le – Publié le | Le Point.fr
L'archevêque d'Alep Jean-Clément Jeanbart.

L’archevêque d’Alep Jean-Clément Jeanbart. © Le Point/ NICOLAS MESSYASZ

L’ONU exhorte Damas à autoriser l’aide humanitaire

Par AFP
L'envoyé spécial de l'Onu pour la Syrie Staffan de Mistura à l'issue d'une réunion du groupe de travail sur l'aide humanitaire en Syrie, à Genève le 15 septembre 2016
L’envoyé spécial de l’Onu pour la Syrie Staffan de Mistura à l’issue d’une réunion du groupe de travail sur l’aide humanitaire en Syrie, à Genève le 15 septembre 2016Photo FABRICE COFFRINI. AFP

 L’ONU a exhorté jeudi Damas à autoriser «immédiatement» la distribution de l’aide humanitaire aux villes syriennes assiégées, qui reste bloquée malgré la prolongation de la trêve des combats pour 48 heures.

L’envoyé spécial de l’ONU pour la Syrie, Staffan de Mistura, a exprimé sa frustration jeudi face à l’impossibilité de distribuer la nourriture aux centaines de milliers de Syriens qui l’attendent.

«Nous avons besoin de la permission finale. C’est quelque chose qui est nécessaire immédiatement», a déclaré M. de Mistura devant la presse à Genève. «C’est particulièrement regrettable, nous perdons du temps. La Russie est d’accord avec nous sur ce point», a-t-il ajouté.

Cet appel fait suite à celui du secrétaire général de l’ONU Ban Ki-moon, qui avait demandé mercredi à Washington et Moscou de contribuer à débloquer la livraison de l’aide humanitaire.

Le blocage concerne en particulier Alep, la grande ville divisée du nord, où l’impatience croît chez les 250.000 habitants qui y sont assiégés dans les quartiers rebelles depuis deux mois et qui manquent de tout.

«A quoi sert le prolongement de la trêve si nous restons assiégés?», s’écrie Abou Ibrahim, un habitant du secteur qui n’a pas reçu d’aide internationale depuis le 7 juillet. «Avant, nous mourrions des bombardements, aujourd’hui nous allons mourir de faim», se lamente cet homme de 53 ans.

Les armes se sont pourtant tues à Alep comme sur les autres fronts depuis l’entrée en vigueur, lundi soir, de la trêve décidée par les Etats-Unis et la Russie.

D’après l’Observatoire syrien des droits de l’Homme (OSDH), «aucun mort parmi les civils ou les combattants n’étaient à déplorer depuis lundi» dans les zones concernées par la trêve, c’est-à-dire excluant celles où sont actifs les groupes jihadistes.

Constatant la baisse notable des violences, le secrétaire d’Etat américain John Kerry et son homologue russe Sergueï Lavrov se sont mis d’accord mercredi pour renouveler le cessez-le-feu pour 48 heures supplémentaires, jusqu’à vendredi soir, comme le préconise l’accord qu’ils ont négocié.

L’armée russe a cependant accusé jeudi les États-Unis de ne pas remplir leur part des engagements prévus par l’accord en ne faisant pas assez pression sur les rebelles pour qu’ils prennent leurs distances avec les jihadistes.

«Il semble que l’objectif d’+écran de fumée verbal» de Washington soit de cacher le fait qu’il ne remplit pas sa part des engagements, en premier lieu sur la séparation des rebelles modérés d’avec les terroristes», a accusé le porte-parole du ministère de la Défense.

– «On veut du carburant» –

Selon l’ONU, une quarantaine de camions transportant de l’aide destinée à 80.000 habitants d’Alep restaient bloqués à la frontière turco-syrienne.

«Dès que nous aurons le feu vert, nous enverrons 20 camions, puis 20 autres le jour d’après», a précisé David Swanson, un porte-parole de l’agence de l’ONU Ocha, à Gaziantep (Turquie). «Le voyage n’est que de 70 km mais, étant donné qu’il s’agit d’une zone de combats et que les routes sont en mauvais état, cela devrait prendre quatre à cinq heures», a-t-il ajouté, en jugeant «très improbable» que les convois puissent partir jeudi.

Pour entrer dans Alep, les camions doivent emprunter la route du Castello, un axe au nord de la ville qui doit être «démilitarisé» avant tout passage de convois.

Or jeudi, l’armée syrienne se trouvait toujours sur cette route alors que, selon les Russes, elle aurait dû s’en retirer à 09H00 locales (06H00 GMT).

Son maintien s’explique, selon l’OSDH, par la présence de combattants rebelles à proximité.

Moscou, allié du régime, a par ailleurs prévenu que des obus de mortier lancés par les rebelles sur la route faisaient peser une menace sur le retrait des troupes» syriennes.

Le ministre français des Affaires étrangères, Jean-Marc Ayrault, a signalé que l’arrivée de l’aide était un «test» clé de la solidité de l’accord russo-américain. «Sinon l’annonce d’un cessez-le-feu ne sera pas crédible», a-t-il prévenu.

«On ne veut pas juste l’arrêt des bombes. On veut des légumes et de carburant», a déclaré à l’AFP Moustapha Morjane, un habitant de 30 ans du quartier rebelle d’Alep de Zabdiyé. «Comment cuisiner pour nos enfants si nous n’avons pas de carburant?».

La trêve a été obtenue après des semaines de discussions entre Washington et Moscou, soutiens respectifs de la rébellion et du régime. Elle vise à favoriser une reprise du processus de négociation pour mettre fin au conflit qui a fait plus de 300.000 morts et des millions de déplacés et de réfugiés depuis mars 2011, selon l’OSDH.

La rébellion, affaiblie sur le terrain, n’a pas donné son accord formel à la trêve.

Comme lors de la précédente trêve fin février, les groupes jihadistes comme l’organisation Etat islamique (EI) et Front Fateh al-Cham (ex-Front Al-Nosra, branche syrienne d’Al-Qaïda) sont exclus du cessez-le-feu.

AFP

Le régime syrien approuve l’accord conclu entre les Etats-Unis et la Russie

DIPLOMATIE

Le régime syrien approuve l’accord conclu entre les Etats-Unis et la Russie

Par LIBERATION, avec AFP (mis à jour le )
Le secrétaire d'Etat américain John Kerry (g) et le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov, se serrent la main à l'issue d'une conférence de presse sur le conflit syrien, le 9 septembre 2016 à Genève
Le secrétaire d’Etat américain John Kerry (g) et le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov, se serrent la main à l’issue d’une conférence de presse sur le conflit syrien, le 9 septembre 2016 à Genève Photo FABRICE COFFRINI. AFP

Le plan visant à instaurer une trêve dans ce pays déchiré par cinq ans de guerre pourrait déboucher sur une coopération militaire contre les rebelles jihadistes.

Le gouvernement de Damas a approuvé ce samedi l’accord de trêve russo-américain qui doit entrer en vigueur lundi entre régime et rebelles, a rapporté l’agence officielle Sana. «Le gouvernement syrien a approuvé l’accord russo-américain (…) dont l’un des objectifs est de parvenir à une solution politique à la crise en Syrie», a indiqué l’agence, précisant qu’il «y aura une cessation des hostilités dans la ville d’Alep pour des raisons humanitaires».

Russes et Américains, qui soutiennent des camps adverses dans la guerre en Syrie, ont convenu vendredi soir d’un plan visant à instaurer une trêve dans ce pays déchiré par cinq ans de guerre. Au terme d’une journée marathon à Genève vendredi, le secrétaire d’Etat américain John Kerry et son homologue russe Sergueï Lavrov ont fixé le début de la trêve à lundi matin. Elle coïncidera avec le début de l’Aïd el-Adha, la fête musulmane du sacrifice.

«Les Etats-Unis et la Russie annoncent un plan qui, nous l’espérons, permettra de réduire la violence» et d’ouvrir la voie «à une paix négociée et à une transition politique en Syrie», a déclaré John Kerry, flanqué de Sergueï Lavrov, selon lequel Moscou «a mis au courant le gouvernement syrien de cet accord et il est prêt à le respecter».

Relance d’un plan déjà adopté fin 2015

L’accord prouve que Russes et Américains ont pu trouver un terrain d’entente malgré de profonds différends dans leur approche du conflit qui a provoqué la mort de plus de 290 000 personnes et la fuite de millions d’autres depuis mars 2011. Moscou est un allié du régime du président syrien Bachar al-Assad, Washington soutient les rebelles modérés.

Les deux puissances cherchent à relancer un plan de paix adopté fin 2015 par la communauté internationale et qui comprend un cessez-le-feu durable, une aide humanitaire importante et un processus de transition politique entre le régime syrien et l’opposition modérée.

Or, a détaillé Sergueï Lavrov, le plan russo-américain annoncé vendredi«permet de mettre en place une coordination efficace pour lutter contre le terrorisme, avant tout à Alep, et permet de renforcer le cessez-le-feu. Tout cela crée les conditions pour un retour au processus politique». Alep, la grande ville du nord, connaît une situation humanitaire effroyable. Les quartiers Est de la ville et principal front du conflit, contrôlés par les rebelles, sont assiégés pour la deuxième fois en deux mois.

La France juge «crucial» que l’accord soit respecté

S’il a salué l’accord, Staffan de Mistura, l’envoyé spécial de l’ONU, a dit«attendre de toutes les parties qu’elles facilitent les efforts des Nations unies visant à livrer de l’aide humanitaire aux populations qui en ont besoin, y compris celles qui vivent dans les zones assiégées». «Les Nations unies espèrent que la volonté politique qui a mené à cet accord est durable», a-t-il ajouté.

L’opposition syrienne a également salué, par la voix de Bassma Kodmani, membre du Haut comité des négociations (HCN), l’accord «s’il venait à être appliqué». Elle espère qu’il marquera «le début de la fin du supplice des civils».

La France, elle, juge «crucial que cet accord soit pleinement mis en œuvre et respecté, en particulier par le régime et ses soutiens», selon un communiqué du ministre des Affaires étrangères, Jean-Marc Ayrault.«Les bombardements aériens et les attaques contre les civils doivent cesser, l’accès humanitaire doit être assuré au bénéfice de toutes les populations assiégées et le martyre d’Alep doit cesser», y lit-on.

Vers une collaboration militaire

Un autre volet, militaire celui-ci, est également compris dans l’accord russo-américain. Si la trêve dure «une semaine», les forces américaines accepteront de collaborer en Syrie avec l’armée russe, a expliqué John Kerry, une coopération réclamée de longue date par Moscou et sur laquelle les deux pays travaillent depuis des mois.

«Les Etats-Unis acceptent de faire un pas supplémentaire car nous pensons que la Russie et mon collègue (Sergueï Lavrov, ndlr) ont la capacité de faire pression sur le régime Assad pour mettre fin à ce conflit et venir à la table des négociations», a-t-il dit. Sergueï Lavrov a toutefois reconnu qu’il n’était pas en mesure de garantir «à 100%» la réussite de ce nouveau plan.

En pratique, outre la lutte contre l’organisation Etat islamique (EI), les deux parties sont convenues de renforcer leur action contre toutes les forces jihadistes, notamment le Front Fateh al-Cham, l’ex-Front al-Nosra lié à al-Qaïda. La coopération passera en particulier, si la trêve tient, par un partage d’informations pour des frappes aériennes, ce à quoi Washington s’était jusqu’à présent refusé.

Sergueï Lavrov a annoncé la création d’un «centre conjoint» russo-américain destiné à coordonner ces frappes, «dans lequel des militaires et des représentants des services secrets russes et américains s’occuperont des questions pratiques: distinguer les terroristes de l’opposition modérée».

Mais, dans un communiqué, le Pentagone a souligné que les engagements inscrits dans l’accord «doivent être totalement respectés avant toute coopération militaire potentielle».

LIBERATION avec AFP

Who Is Laying Siege to Whom in Aleppo?

Syria in Crisis

Who Is Laying Siege to Whom in Aleppo?

Posted by: Aron Lund Monday, August 08, 2016

On August 6, in the span of just 24 hours, the city of Aleppo went from being under government siege to being under rebel siege, or perhaps a double siege—there was much confusion in the media.

Those who do not follow the Syrian conflict as obsessively as, perhaps, many readers of this site would be excused for not understanding what happened. How could the situation be so dramatically transformed in such as short time, and who is actually laying siege to whom?

To clear up the confusion, let’s try to unpack the situation with the help of a map.

Who Controls What?

The key point is that no one is laying siege to “Aleppo,” as such, although many different armed groups are laying siege to bits and pieces of it. The city of Aleppo is divided, and so is the wider Aleppo governorate.

Voir la carte en cliquant sur le lien ci-dessous:

http://carnegieendowment.org/syriaincrisis/?fa=64274

Looking at this map, things become clearer. The eastern half of the city is controlled by Sunni Muslim rebels (not the Islamic State), while President Bashar al­Assad’s government controls the western half. There is also a small patch of Kurdish­ruled territory sandwiched between the two, which is generally on much better terms with the government than with the rebels.

The surrounding rural region is almost entirely under the control of anti­government factions, including Kurdish groups in the northwest, the self­declared Islamic State in the northeast, and a broad but Islamist­dominated coalition of Sunni Arab rebel factions in the west and southwest. The Syrian government controls a strip of territory that snakes down toward its core areas in Hama, Homs, and Damascus, with another arm stretched up around the city itself.

Is Rebel-Held Eastern Aleppo Under Siege?

Yes.

In February of this year, government forces, backed by large numbers of Shia Islamist volunteers from Lebanon, Iraq, Afghanistan, and Iran, as well as by the Russian Air Force, managed to reach the two Shia Muslim towns of Nubul and Zahra, which are located on the edge of Kurdish­controlled territory in the northeast. This cut off rebel­held Aleppo from the northern countryside and its main supply line to Turkey, leaving only the road through Idlib to the west.

A United Nations­backed truce declared by Russia and the United States in March did little to stop the fighting, and the government now went to work to seal this exit, too. The Syrian army focused its fire on the area closest to Aleppo city, where the eastern half of the city was supplied through the so­called Castello Road, named after a hilltop restaurant overlooking it. The Castello Road was bombed and shelled and aid convoys were blocked from entering, but rebels could still sneak cars in and out of the city as late as June and July. Around July 17, however, the army took control of areas to the south and north of the road, allowing Assad’s troops to fire at anything moving and even venture onto the road itself.

This placed eastern Aleppo under siege, leading to an immediate spike in food and fuel prices. Humanitarian organizations warned of impending starvation among the population trapped there, estimated by the United Nations at 250,000 to 300,000. The army recently sent some aid deliveries into Aleppo and publicized a Russian­backed plan to evacuate civilians. But it is not at all clear that these efforts are sincere or, even if they are, sufficient to avert the looming humanitarian crisis. After years of shelling and bombardment of their neighborhoods, most people in Eastern Aleppo hate and distrust the government, and few seem to have sought to leave the city so far. Flush with confidence and clearly strengthened, the rulers in Damascus now seemed to think they were winning the war. But then things changed.

Is Government-Held Western Aleppo Under Siege?

Yes it is.

This is the result of an Islamist­led rebel counter­offensive further south, which began on July 31. Sunni fighters from the Aleppo and Idlib countryside

stormed western Aleppo, seizing key government strongholds such as the Artillery Academy and reaching the Ramouseh Roundabout on August 6. By doing so, they seemingly opened a corridor into the eastern half of the city and, simultaneously, placed Western Aleppo under siege. The government’s only supply line from central Syria had run along the main road in Ramouseh, where the rebels are now operating.

Even though on the map it might look as though the government forces have an alternative northern route at their disposal, through the Castello area just  west of the Kurdish enclave, the situation on the ground remains confused. Rebel artillery continues to pound government positions, and there does not seem to be a stable ground link between army positions north and south of the Castello Road. What’s more, since the Castello road networks run from east to

west, there is no good road that the government could use to divert traffic in a north­south direction, at least not on the scale needed to service Western Aleppo, which has a population many times larger than that of Eastern Aleppo.

Meanwhile, Eastern Aleppo remains mostly cut off from the countryside, despite the rebel and media reports that the siege has been broken. Government forces continue to fight on the fringes of the passage in Ramouseh, boxing in rebel positions like a modern­day Scylla and Charybdis. Even though the rebels may be able to sneak a few civilian convoys through the gap and can probably infiltrate fighters more easily, there are few secure paved roads available for heavier vehicles. To establish reasonably safe communications between Eastern Aleppo and the opposition­held countryside, the rebels would have to widen their flanks and push back government mortar and artillery batteries quite some distance.

In other words, both sides of Aleppo have now managed to place each other under siege, hands around throats in a deadly embrace that neither wants to release.

What Happens Now?

Conspiracy­minded followers of Syrian politics will of course see a hidden hand behind these events. The strangely symmetric double­siege of Aleppo emerged alongside high­level talks among the Americans, Russians, and Turks. Could it end up establishing a balance of terror that forces both sides to open their lines to civilian traffic and aid convoys?

Perhaps it could. But there is probably no need to over­analyze this. Russians, Americans, and Turks—and Iranians, Saudis, and others—have a pitiful track record of controlling their supposed proxies in Syria. They may think themselves masters of the Syrian chess board, but over the past five years they’ve moved their pieces with all the finesse of bumbling drunks in boxing gloves. The idea of an inscrutable international mastermind guiding events from behind the scenes is appealing, not least in tragic and chaotic circumstances like these, but it seems more like an opiate for the analysts than a reality.

In the case of Aleppo, what is going on is quite simple. Assad has always wanted to put Eastern Aleppo under siege and the rebels have always wanted to put Western Aleppo under siege. Through some combination of luck, hard work, and foreign support, they have now finally succeeded. What will most likely happen next is also simple. Barring some unforeseen international deal or other development, the Syrian government will muster all of its forces, be provided with additional Russian and Iranian backing, and set off for a punishing counteroffensive in the Ramouseh region. Unless the rebels have more suprises up their sleeve, or foreign powers are truly committed to keeping Western Aleppo under siege, they will probably succeed, too—as always, at great human cost.

Still, it remains possible that nimble American­Russian diplomacy could reach into this swirling chaos and salvage some useful agreement. They will certainly try, and perhaps we should wish for them to succeed.

More on:

 Carnegie Endowment for International Peace

1779 Massachusetts Avenue NW Washington, DC 20036­2103

Phone: 202 483 7600

Fax: 202 483 1840

Contact By Email

© 2016 All Rights Reserved

Suspendre la vente des armes à l’Arabie Saoudite

« La France doit suspendre la vente des armes à l’Arabie saoudite et à l’Égypte »

PAR

Publié le | Le Point.fr
Jean-Yves Le Drian et son homologue égyptien Sedki Sobhi sous le regard de François Hollande et du président al-Sissi le 17 avril 2016.  
Jean-Yves Le Drian et son homologue égyptien Sedki Sobhi sous le regard de François Hollande et du président al-Sissi le 17 avril 2016.   © AFP/ KHALED DESOUKI

La France carillonne ses succès dans les ventes d’armes, mais celles-ci ne sont pas toutes conformes aux exigences d’un traité ratifié en 2013. Interview.

Attentat à Nice

Source : FIGAROVOX – Nice : après le temps de la cécité volontaire, réapprendre à défendre ce qui nous est précieux – Bouger les lignes.

Nous vous invitons à lire l’article de notre amie Caroline Galactéros qui rejoint l’Association France Syrie en vue de renforcer son pôle  » géopolitique et intelligence stratégique ».

Publié le par Caroline Galactéros

FIGAROVOX - Nice : après le temps de la cécité volontaire, réapprendre à défendre ce qui nous est précieux

Pleurer nos morts et ceux, touristes étrangers, qui ont chez nous perdu la vie, Oui. Se recueillir et leur rendre hommage, évidemment. Mais pour eux, pour tous ceux qui tomberont encore, passer enfin des paroles aux actes. Ouvrir les yeux en grand, prendre courage et aller au choc.

Un choc de lucidité en premier lieu.

Il ne s’agit pas d’accabler nos dirigeants. Mais sans doute doit-on les exhorter à quitter enfin les hauteurs de leurs certitudes satisfaites pour se confronter à la triste réalité. Nous ne sommes pas à bord du Titanic prêt à sombrer, regardant l’eau qui monte en état de sidération. Nous sommes la France. Nous pouvons encore redresser la barre. Il faut juste le vouloir enfin et le faire avec courage, lucidité et méthode. Des vertus qui paraissent en perdition elles aussi.

D’abord le diagnostic.

Le terrorisme islamique ne frappe pas seulement la France, pas seulement l’Europe. Il frappe le monde entier. L’Afrique a perdu plus de 20 000 personnes dans des attaques islamistes depuis 2002. La guerre est totale et globale. La problématique aussi. Comme la solution. Gageons que la présence à Moscou du secrétaire d’Etat américain Kerry marque une inflexion sérieuse dans la gestion de la crise au Moyen-Orient.

En Europe, depuis plus de 18 mois, notre pays est frappé, comme d’autres certes, mais clairement plus massivement que d’autres. Pourquoi? Car nous avons la première communauté musulmane d’Europe, qu’il s’agit elle aussi de sidérer pour la dominer et la retourner contre son pays d’accueil. Car nous menons au loin des actions militaires nombreuses et importantes, qui visent à contenir ou affaiblir certains foyers de l’islamisme conquérant. Cet activisme militaire sert malheureusement aussi de défausse à une politique étrangère brouillonne et incohérente. Une incohérence qui produit des fruits vénéneux. Nous combattons les islamistes au Mali, nous les soutenons en Syrie, nous hésitons en Libye. Nous tirons à hue et à dia. Mais nos forces armées loyales et vaillantes agissent légitimement en fonction de ces mandats politiques. Elles font des miracles avec des moyens trop comptés et sont sur tous les fronts d’une menace intérieure et extérieure dont le spectre s’étend toujours plus. Nos forces de police et de l’appareil de sécurité aussi sont courageuses, compétentes, et totalement dévouées à la protection du pays et de nos concitoyens. L’ennemi lui, observe cette posture combattante courageuse, mais mesure aussi nos ambivalences et nos soutiens contradictoires. Il sent enfin la faiblesse du politique face à l’emprise délétère d’un communautarisme que l’on n’ose plus endiguer et que l’on prend pour de la modernité politique. Alors la terreur mute. Daech, affaibli territorialement en Irak et en Syrie, donne de nouvelles consignes. «Ne venez plus ici ; Restez chez vous, et frappez chez vous. Des civils surtout».

L’emploi du véhicule comme arme avait aussi déjà été expressément conseillé par ses porte-parole. «Porter la guerre au Loin» était d’ailleurs déjà la stratégie d’Al-Qaïda, maison mère du Califat. Une preuve de plus que celui-ci n’est que la face spectaculaire d’une hydre gigantesque qui irrigue nos sociétés à divers niveaux et selon des modes de relation différents, et travaille au corps et au cœur une partie de notre jeunesse en mal de lien avec la nation. Des adolescents ou des jeunes hommes et femmes, chacun en mal d’identification à «quelque chose de plus grand que soi». Un destin commun, un faisceau de vertus et de principes de vie qui rassemble et inspire fierté et projets. C’est aussi cela qu’il faut reconstruire.

Cette terreur a de nombreux visages. Il y a ceux, de confession musulmane ou fraîchement convertis, qui reçoivent des ordres précis, des cibles et des «top départ» pour agir. Il y en a d’autres qui, chez nous ou ailleurs, «s’auto saisissent» d’un mandat de tuer et passent à l’acte sur impulsion ou opportunité, au terme d’une radicalisation – humaine ou de plus en plus souvent numérique – directe mais aussi diffuse, sans être «recrutés» sur le net ni exhortés personnellement à l’action. L’appel du djihad vient conforter, justifier leurs névroses propres, donner un sens à leur ressenti vertigineux d’une inutilité, d’un abandon, d’un égarement qui les «salit» en nos pays encore majoritairement «mécréants». Cela peut nous paraître fou, stupide, irréel. Mais ce sont des faits, aussi immatériels que concrets dans leurs tragiques conséquences. Nombre de ces djihadistes, petits délinquants ou «jeunes» plutôt intégrés, qui n’ont rien à voir avec «les damnés de la terre» auxquels nos bonnes âmes voudraient les identifier – pour les excuser ou pour s’excuser peut-être elles-mêmes de n’y rien comprendre – vivent en fait dans une schizophrénie glaçante. Ils grandissent et vivent au cœur de nos cités ou de nos campagnes, sans rien dévoiler de la rage qui les étreint, en lien avec leur voisinage, buvant, fumant, dissimulant leur dessein macabre sous un masque de normalité «laïque», fomentant ainsi leur passage à l’acte à l’abri de tout soupçon. Car ce sont des combattants, qui ont besoin de secret, d’une double vie pour propager la mort et échapper ainsi à la souillure des mécréants dans un martyr envisagé comme une échappatoire bénie.

Le pronostic ensuite. Il est très sombre si l’on persiste à ne pas mesurer la profondeur de l’emprise du mal sur notre société. Il y aura d’autres camions, d’autres voitures piégées ou folles, d’autres attaques kamikazes dans nos écoles ou nos bâtiments publics les plus symboliques. Il y aura toujours pire.

Le choc de l’action enfin.

Les symboles importent mais ne suffisent pas. Jamais. Après ce nouveau carnage il faut mettre en actes une politique ferme et sans pitié. Il faut enfin faire preuve d’autorité. Le manque de moyens? Evidemment. Il en faut plus, beaucoup plus pour traquer, déjouer et répondre à la violence qui cible notre pays. Mais les moyens ne suffiront pas. Et ce n’est pas comme on l’entend parfois, parce qu’il y a eu un nouvel attentat que les dispositifs mis en place sont inutiles! Qui peut oser par exemple dire que le dispositif Sentinelle n’a pas permis d’éviter bien d’autres attaques à Paris? Ces soldats sont lourdement protégés, armés, entraînés et très courageux. Les tueurs du Bataclan avaient soigneusement étudié et esquivé leurs positions… aucun dispositif n’est toutefois imparable et l’imagination du mal est foisonnante. Il faut en tout cas donner des ordres clairs et des règles d’engagement adaptées qui libèrent le courage et l’initiative de nos forces policières et militaires sur le territoire national. Il faut étendre le dispositif, le rendre très mobile, aléatoire et extrêmement coordonné. Il faut en finir avec les querelles territoriales des services de police et de gendarmerie, comme avec l’inhibition et cette autre schizophrénie du pouvoir qui parle de guerre, dénonce l’innommable, multiplie les déclarations martiales et se gargarise d’avoir assuré la sécurité de l’Euro, baissant immédiatement la garde en réduisant des effectifs de Sentinelle, certes comptés, de 10 000 à 7000 hommes. Sans prendre garde au message qu’il envoie ainsi à ceux qui guettent et en oubliant presque le terrifiant signal qu’a constitué le double meurtre d’un couple de policiers chez eux, à Magnanville. Il n’y a plus de limites ni de frontières à la terreur. Plus aucun tabou, plus aucune inhibition. Comment, dans un tel contexte, croire encore possible d’exorciser le mal en le niant? La guerre, que d’aucuns refusent même de nommer, est sans trêve. La France est ciblée car elle a peur. Peur de prendre des mesures répressives symboliques. Or, quel que soit le rapport de force, ce sont toujours les forces morales qui assurent la victoire.

Réapprendre à mourir pour vivre enfin. Réapprendre ce qui est précieux, ce qu’il faut aimer, le prix des idéaux, et les contraintes personnelles que les individus doivent tolérer pour pouvoir vivre pacifiquement ensemble, quelle que soit leur confession et entre confessions sur le territoire français. Nous sommes arrivés au stade terminal de la cécité volontaire, du déni de réalité, de la croyance dans le pouvoir des seuls mots, du refus de tirer les conséquences politiques d’une impuissance trop longtemps supportée voire encouragée.

Le pouvoir qui prendra la sécurité des Français en main dans quelques mois aura le devoir d’oser l’impopularité, d’affronter pressions et controverses et de prendre des mesures radicales pour protéger nos concitoyens et rétablir sans équivoque ni angélisme une claire autorité de l’Etat au service des principes et valeurs incarnés par notre nation. Celui qui est encore en place pourrait, devrait engager ce processus douloureux indispensable et assumer pleinement ses erreurs et ses défaillances. Il le doit aux Français de nouveau pris pour cibles.

A la guerre comme en amour, la peur n’évite pas le danger. Il faut assumer ce que l’on est, ce que l’on veut être. On peut résister à la tentation ou y succomber, mais en connaissance de cause. Aucune liberté ne vaut sans responsabilité.

La folie meurtrière et barbare a encore frappé

La folie meurtrière et barbare a encore frappé et, à n’en point douter, frappera encore malheureusement.
Ce sont, cette fois-ci, des niçois et des vacanciers de toute nationalité, sur la promenade des Anglais, après avoir assisté au feu d’artifice du 14 juillet qui ont sauvagement été assassinés.
Les membres du Conseil d’Administration et l’ensemble des adhérents de l’Association d’Amitié France-Syrie présentent leurs sincères condoléances aux familles touchées par ce drame en s’associant à leur douleur indicible.
Cette violence sans fin ne s’arrêtera que lorsque les puissances internationales de concert avec les puissances régionales au Moyen-Orient se mettront autour d’une table avec tous les acteurs de ces crises pour ouvrir un dialogue en vue d’entrer dans une logique de paix se substituant à la logique de guerre qui ne mène qu’à toujours plus de violence, de destructions et de malheurs.

La bataille de Raqqa.

La course pour Raqqa et le grand échec des Sunnites en Syrie

Publié le par Caroline Galactéros

Carte de la Guerre civile syrienne avec notamment les batailles de Manjib (au Nord-Est d'Alep) et de Tabqa (à la pointe Sud du lac Assad).

Carte de la Guerre civile syrienne avec notamment les batailles de Manjib (au Nord-Est d’Alep) et de Tabqa (à la pointe Sud du lac Assad).

 

Les choses bougent rapidement en Syrie alors que les deux coalitions principales, derrière les Etats-Unis et la Russie, commencent à envisager une avancée vers Raqqa, siège syrien de l’Etat islamique. En quelques mois, force est de constater que c’est surtout du côté occidental que les cartes ont été rebattues en s’appuyant désormais principalement sur les forces kurdes largement majoritaires au sein du Front Démocratique Syrien (FDS) et non plus sur les « rebelles modérés », formule généreuse pour décrire le vaste camaïeu de vert foncé que forme le camp islamiste sunnite en Syrie, appuyé par le Qatar, l’Arabie Saoudite et la Turquie. Dans le nouveau grand jeu syrien, les Sunnites parraissent les grands perdants.

Quelques points factuels.

Du côté du régime syrien, l’Iran, son principal soutien au sol, augmente considérablement son aide. Désormais, ce n’est plus seulement la Force Al-Qods – le corps d’élite des Gardiens de la Révolution – qui intervient en Syrie, mais également les troupes régulières de l’Armée iranienne, commandées en Syrie par le Général Mohsen Ridaii. Parmi les diverses forces iraniennes et les brigades chiites venus d’Irak, du Liban, d’Afghanistan et du Pakistan, cette force de soutien à l’armée régulière syrienne compterait près de 80 000 hommes répartis sur les différents théâtres d’opération. Les enjeux sont en effet de taille pour le régime de Bachar el-Assad :

  • Le régime est attaqué au Nord, notamment à Alep, par le Front Al-Nosra, branche d’Al-Qaïda en Syrie, qui dispose par de savantes entourloupes, des armes fournies par les Américains et les puissances sunnites aux « rebelles modérés ». L’avenir de la bataille d’Alep, capitale économique du pays – et seconde grande ville, avec Idleb, sur laquelle misent les rebelles sunnites – sera probablement un tournant de la guerre. Si la ville d’Alep a largement été libérée par l’Armée syrienne, de sorte à couper notamment l’accès à la Turquie par le Nord pour les rebelles, le Front Al-Nosra poursuit sans trève ses offensives tout autour de la ville, infligeant des pertes au régime. Néanmoins, Bachar el Assad pourrait prendre l’avantage car les Américains semblent de plus en plus conscients du nouveau rapport de force qui s’établit en faveur de Damas au détriment du camp des“ rebelles”, désormais clairement dominé par Al-Qaïda. Ainsi, Le Figaro reprend la déclaration duministère russe des Affaires étrangères selon laquelle « le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov et le secrétaire d’Etat américain John Kerry ont évoqué ce mercredi au téléphone la nécessité « d’actions communes décisives » contre le Front Al-Nosra. La discussion concernait la situation en Syrie, plus particulièrement le besoin d’actions communes décisives contre le Front Al-Nosra, comme la partie russe l’a constamment proposé». En soi, il n’y a là rien d’étonnant. Si les Etats-Unis et les Occidentaux ont eu au départ des relations très troubles avec le Front Al-Nosra, Washington considère depuis quelques temps officiellement l’officine d’Al-Qaïda comme un groupe terroriste, d’ailleurs exclu du « cessez-le-feu » conclu à la toute fin du mois de février 2016. En revanche, envisager une collaboration avec Moscou (une campagne commune de frappes aériennes avait d’ailleurs été proposée pour le 25 mai par Vladimir Poutine, essuyant une nouvelle fin de non recevoir américaine) reviendrait à admettre pour Washington la nécessité d’envisager des actions renforçant le pouvoir de Damas. La position américaine, volontairement encore très floue pour entretenir un certain chaos et préserver les apparences, a dans les faits sensiblement évolué sous la pression constante de Moscou.
  • Le régime a libéré, fin mars 2016, la cité antique de Palmyre au cœur du désert syrien, comptant bien poursuivre son avancée vers l’Est (région où les exploitations pétrolières sont nombreuses) pour rejoindre finalement Deir ez-Zor, ville du régime assiégée par l’Etat islamique depuis le début du conflit. Une reprise de cette large zone vers l’Est couperait largement les liaisons de l’Etat islamique entre la Syrie et l’Irak et montrerait la capacité de Bachar el-Assad à sortir de la « Syrie utile » à l’Ouest pour contrôler une partie de l’immensité désertique sunnite, loin des côtes. Néanmoins, cette avancée vers l’Est marque le pas. Entre Palmyre, deux points stratégiques restent à « reprendre » : Arak d’abord, puis As-Sukhnah. Gênée notamment par les champs de mines laissés par Daech, l’armée syrienne piétine devant Arak. Les prochaines semaines diront si le régime parvient à avancer vers Deir ez-Zor.
  • Mais aujourd’hui, d’après le correspondant à Beyrouth de RFI, c’est directement vers Raqqa que l’Armée syrienne a lancé une offensive. Dans un premier temps, Damas compte reprendre la ville intermédiaire de Tabqa, près du lac artificiel d’El-Assad situé sur l’Euphrate. C’est d’ailleurs le barrage de Tabqa qui a permis la création de ce lac dans les années 1970 avec l’aide des Soviétiques. Pour l’Armée syrienne, cette ville est essentielle : en plus de comporter un aéroport, elle se situe sur la route qui relie Raqqa à Alep. Si l’Armée syrienne s’emparaît de Tabqa, le fief de l’Etat islamique aurait beaucoup de mal à rejoindre la frontière turque par laquelle transitent armes, djihadistes et pétrole. Paul Khalifeh explique ainsi que « l’armée syrienne est appuyée, dans cette offensive, par les unités d’élite appelées les « aigles du désert », entraînées par les Russes, et qui ont joué un rôle important dans la reconquête de Palmyre, en mars dernier (…) Cette bataille avait fait 700 morts dans les rangs de la garnison, dont des centaines de soldats massacrés après la chute de l’aéroport. En prévision de cette bataille, planifiée depuis longtemps, l’armée syrienne avait pris le contrôle des hauteurs surplombant les vastes espaces désertiques menant jusqu’à Tabqa ». Si l’Etat syrien est aujourd’hui poussé à accélérer la cadence de ses opérations, c’est aussi pour réagir à l’offensive du Front démocratique syrien (FDS) dominé par les Kurdes et soutenu par les Américains et qui tentent eux aussi d’avancer vers le Sud pour rejoindre en premier le lac El-Assad. Ce mouvement est toutefois ralenti par leurs difficulté pour reprendre la ville de Manbij au Nord (nous y revenons dans le paragraphe suivant). A l’heure où j’écris ces lignes, le quotidien L’Orient le Jour révèle que l’armée syrienne serait à 30 kilomètres de l’aéroport proche de Tabqa et à 24 km du lac El-Assad (Tabqa étant à une cinquantaine de km à l’Ouest de Raqqa).

Le Front démocratique syrien avance vers le Sud depuis plusieurs mois, mais le mouvement semble bien s’accélérer. Une difficulté considérable attend néanmoins le camp américain : les FDS sont très largement composés des forces YPG kurdes, branche armée du parti kurde PYD partisan d’une Syrie fédérale au sein de laquelle les trois cantons kurdes de Djézireh, d’Afrin, de Kobané disposeraient d’une très large autonomie, sur le modèle du Kurdistan irakien, et seraient réunis sous l’entité de « Rojava ». Le PYD contrôle déjà très largement ces trois cantons et ne souhaite aucunement déborder dans ses offensives au Sud vers des zones non peuplées par les Kurdes. Même s’ils le souhaitaient, poussés par les Américains, la chose serait malaisée dans la mesure où les guerres de contre-insurrection se font lentement avec le soutien progressif des populations civiles (cf. les thèses du stratège français David Galula). Or, les populations civiles sunnites ne souhaitent pas être libérées par des Kurdes ! En particulier à Raqqa, grande ville sunnite, les Kurdes se heurteraient à un fort ressentiment de la population locale, ce qui rendrait très difficile le contrôle de cette ville où, en réaction, les djihadistes pourraient compter sur un soutien beaucoup plus fort. Les Américains poussent au développement du rôle des Arabes et des Syriaques au sein des FDS, mais le rapport de force en faveur des Kurdes demeure largement inchangé. En témoigne les combats à l’Ouest de Kobané, dans cette bande de terre entre Alep et la frontière turque encore contrôlée par l’Etat islamique, créant une enclave entre les deux cantons kurdes d’Afrin et de Kobané. Evidemment, les Kurdes souhaiteraient reprendre ce territoire pour relier enfin ces deux territoires et constituer le grand Rojava (Kobané et Djézireh sont déjà reliés) tout le long de la frontière turque. Mais dans cette enclave entre les deux territoires kurdes, la population est majoritairement sunnite et turkmène, ce qui limite l’avancée des FDS. Les Américains ont promis que, pour cette offensive-ci, les FDS seront davantage composées d’Arabes que de Kurdes, mais Ankara et la population civile restent sceptiques à raison. Si les Kurdes en général ne souhaitent pas contrôler de territoire non-kurde, celui-ci a un statut stratégique très différent : les YPG kurdes qui dominent globalement les FDS accepteront-ils de ne pas contrôler un territoire qui les intéresse particulièrement et pour lequel ils ont consenti de grands sacrifices depuis le début de la guerre civile ? En même temps, les FDS ont tout intérêt à occuper ce territoire qui priverait Daech de tout accès à la frontière turque, notamment si les FDS reprennent les villes de Manbij et de Jarabulus, toutes deux encore aux mains des islamistes. Manbij est aujourd’hui complètement encerclée, mais les djihadistes de l’Etat islamique font preuve d’une résistance particulièrement forte. On s’attend néanmoins à ce la ville tombe sous peu. Quant à l’avancée vers Raqqa, le problème posé sera le même : plus les FDS iront au sud, plus les populations civiles seront hostiles aux Kurdes et risqueront de soutenir les djihadistes. Problème insoluble, car ce sont les Kurdes qui se battent le mieux contre l’Etat islamique !

Les Kurdes de Syrie et les Américains ne sont donc pas tout à fait sur la même ligne, d’autant que les premiers désapprouvent le jeu des seconds avec les « rebelles » islamistes dans les provinces d’Idleb et d’Alep. Nous avions écrit un article sur cet épisode grotesque et cynique il y a quelques semaines, quand on a vu un groupe rebelle islamiste, Fursan al-Haq, soutenu activement par la CIA affronter près d’Alep les FDS soutenu par les Kurdes. TTU – lettre d’informations stratégiques et de défense – est allé encore plus loin en révélant récemment que, « alors que le Congrès américain avait interdit toute aide en matériel à ce groupe en décembre 2014, la découverte que la moitié des missiles TOW aient été trouvés en possession du Front Al-Nosra, lié à Al-Qaida, laissait supposer que la CIA avait poursuivi sa coopération avec ce groupe pour tenir en échec l’offensive russe ». Dans le même ordre d’idée, L’Orient le Jourrévèle que « 3 000 tonnes d’armes et de munitions auraient été livrées depuis le mois de décembre 2015 (par les Américains aux rebelles islamistes, ndlr). Un premier cargo serait parti de Bulgarie le 5 décembre pour Constanza, en Roumanie, puis arrivé à Aqaba dix jours plus tard avec à son bord 81 containers, dont 994 tonnes de mitrailleuses AK-47 et PKM mais aussi de calibres 12,7 mm et 14,5 mm pour véhicules, ainsi que 864 tonnes de missiles antichars russes Fagot et Factoria, et de lance-roquettes RPG-7, destinés à être acheminés par la route jusqu’en Syrie en traversant le territoire jordanien. Un second cargo aurait quitté la Bulgarie le 28 mars avec à son bord 2 007 tonnes d’armements et 162 tonnes d’explosifs. Une opération dont le manque de discrétion frise la caricature, puisque l’achat de ces matériels à la Bulgarie et leur transport par des sociétés américaines avaient fait l’objet d’un appel d’offres publié sur le site FedBizGov.org en septembre dernier ! ». TTU estime finalement que, « après avoir échoué à monter une armée de volontaires syriens luttant à la fois contre les forces loyalistes et djihadistes, le Pentagone a perdu la fidélité du YPG kurde rallié à Moscou ». Nous avions consacré un dossier entier à la question kurde pour montrer à quel point ceux-ci étaient historiquement proches des Russes et faisaient l’objet de toute leur sollicitude. Le PYD kurde est en effet la branche syrienne du PKK turc, soutenu par Moscou pour entraver les actions d’Ankara. Mais ce n’est pas tout : à quelques rares exceptions près, les Kurdes syriens et le régime de Damas ne sont en rien ennemis, voire sont parfois tactiquement alliés. Un positionnement kurde qui est donc très éloigné de la position américaine de départ et qui est également très rarement évoqué dans les médias.

C’est précisément à cette aune que deux grands enseignements se dégagent :

  • Moscou n’a jamais eu autant de cartes en main pour imposer sa place sur l’échiquier géostratégique en Syrie. Non seulement la Fédération de Russie soutient l’axe chiite qui pourrait très progressivement avancer à Alep, vers Raqqa et Deir ez-Zor, mais elle exerce également une influence considérable auprès des Kurdes en jouant des différends entre ces derniers et les Américains, mis en défaut par leur attitude ambigüe entre les Forces démocratiques syriennes et ce qui reste de « rebelles ».
  • C’est le second enseignement des dernières évolutions du conflit syrien : les puissances sunnites n’ont jamais été aussi affaiblies. Le Qatar, la Turquie et l’Arabie Saoudite avaient dépensé force d’argent et d’énergie pour cacher aux Occidentaux la véritable nature des « rebelles modérés ». Acculés par les forces du régime, les rebelles apparaissent aujourd’hui pour ce qu’ils sont : des djihadistes tenus sur le terrain par le Front Al-Nosra, la branche syrienne d’Al-Qaïda, dont même les Etats-Unis sont obligés de s’éloigner peu à peu pour ne pas aggraver leur sort en révélant davantage encore leur jeu d’alliance avec ceux qui firent tomber les tours du World Trade Center en 2001. Duplicité et cynisme s’accommodent mal de la transparence médiatique…