Représentant personnel du président de la République française pour la Syrie

L’AFS a le plaisir de vous communiquer l’information suivante:

L’actuel ambassadeur de France en Iran François Sénémaud, ancien directeur du renseignement à la DGSE, a été nommé aujourd’hui en Conseil des ministres représentant personnel du président de la République pour la Syrie, a annoncé le porte-parole du gouvernement Benjamin Griveaux.

Le dossier de la Syrie, où la France a fermé son ambassade sans toutefois rompre formellement les relations diplomatiques, était piloté depuis 2014 au ministère des Affaires étrangères par Franck Gellet, 54 ans, qui vient d’être nommé ambassadeur de France au Qatar.

M. Sénémaud, 61 ans, devrait quitter ses fonctions à Téhéran en août, a indiqué M. Griveaux, qui a précisé que « nous ne rouvrons pas une ambassade en Syrie ». M. Sénémaud arrivait au terme de ses fonctions en Iran. « Nous ne rouvrons pas une ambassade en Syrie », même si le titre du diplomate sera « représentant personnel du président de la République, ambassadeur pour la Syrie », à compter du 27 août, a précisé le porte-parole du gouvernement français.

Le conseil d’administration de l’Association d’amitié France Syrie se félicite de cette décision qui n’est probablement pas étrangère aux actions que nous avons menées.

Nous espérons que DAMAS réagira favorablement en vue de renouer le dialogue avec la France.

Quelle place pour la France dans le conflit syrien au lendemain de la chute d’ALEP?

Gérard Bapt, Président du Groupe d’Amitié France Syrie a eu l’obligeance de communiquer à l’Association d’Amitié France Syrie (AFS) une intéressante analyse du Centre d’Analyse, de Prévision et de Stratégie (CAPS) près le Ministère des Affaires étrangères pour tenter de répondre à la question: Quelle place pour la France dans le conflit syrien au lendemain de la chute d’ALEP?

Note du CAPS Affaires Etrangères du 3 janvier 2017

Nous nous permettons dans un soucis d’objectivité de dire d’ALEP-Est, ce qui n’est pas la même chose puisque la plus grande partie et la plus peuplée est à ALEP-Ouest.

L’Association d’Amitié France Syrie qui s’efforce de respecter son engagement de neutralité peut toutefois se caractériser par une analyse critique et équilibrée des positions exprimées par les différents groupes de réflexion sur la Syrie.

C’est la raison pour laquelle nous publions également une note de commentaires et en réponse de Fabrice Balanche à cette note du CAPS.

Fabrice Balanche-Les analyses désastreuses du CAPS sur la Syrie

Chacun pourra ainsi se faire sa propre opinion sur ce qu’il faudrait faire ou ne pas faire.

En tout état de cause pour une Association comme la nôtre, qui a pour objet de développer par tous les moyens l’amitié entre la France et la Syrie, il nous apparaissait essentiel de mettre en perspective ces analyses stratégiques sachant qu’au delà des aspects de haute politique géostratégique, il faut rappeler au Gouvernement Français que la population syrienne continue à souffrir après 6 ans de guerre et qu’elle ne saurait, quelque que soit sa position pro ou anti régime, continuer à être l’otage des enjeux politiques internationaux ou régionaux. Il est du devoir éthique de la communauté internationale d’arrêter les sanctions envers la Syrie donc envers les syriens et nous pensons que Madame Mogherini la Haute Représentante de l’Union Européenne a raison de plaider pour lancer une aide importante de l’Europe pour la reconstruction de la Syrie ce qui passe par un rétablissement des relations diplomatique avec Damas.

Colloque au Sénat du 11 mars : « Détruire l’Etat islamique, et après ? » Les conditions d’un retour à la paix au Moyen-Orient.

A la demande du Conseil d’administration de l’AFS qui a participé activement à l’organisation de ce colloque, vous avez dû probablement recevoir une invitation. Dans le cas où vous souhaiteriez y assister, nous vous invitons à y répondre très rapidement, car les places sont limitées.
Les conditions de participation figurent à la page 4 du programme joint.

Un Oeil sur la Planète, Emission de Fr.2. « Syrie, le Grand Aveuglement »

Emission de FR.2. Un Oeil sur la Planète, diffusée le 18 février 2016.

Une synthèse pertinente et des reportages saisissants, un panorama glaçant et remarquable de la situation en Syrie, dans cette émission présentée par Samah Soula :

Video du colloque « Intervenir au Moyen-Orient »

Vidéo complète des débats du colloque « Intervenir au Moyen-Orient? », Sénat, 12 janvier 2016.

Le Colloque était  co-organisée par  Esther Benbassa, sénatrice (EELV) du Val-de-Marne, directrice d’études à l’EPHE (Sorbonne), et Jean-Paul Chagnollaud, professeur émérite des universités, directeur de l’iReMMO : http://estherbenbassa.eelv.fr/video-des-debats-fallait-il-intervenir-en-syrie-et-en-irak-12-janvier-2016/

 Ci-joint le déroulement du programme de la journée : Intervenir au Moyen-Orient? 

12 janvier 2016, Palais du Luxembourg, Salle Monnerville, 26 rue de Vaugirard, Paris VIe

Matinée, 10h-13h : La Question d’Orient est-elle de retour?

·         Ouverture par les organisateurs

Les situations en Syrie et en Irak, Animé par René Backmann (Médiapart)

·         A quoi ressemblera l’Irak post-Maliki et post-Daesh, quelques hypothèses, Hosham Dawod, CNRS

·         Le Kurdistan d’Irak et la question kurde au Moyen-Orient, Hamit Bozarslan (EHESS)

·         La situation en Syrie depuis 2011, Ziad Majed, American University of Paris

·         Les enjeux politiques en Syrie: de Genève à la Résolution de l’ONU, Anis Nacrour, Chef de délégation, chargé d’affaires de la Délégation de l’Union européenne en Syrie

·         Témoignage de Mémona Hintermann, ancienne grande reporter à France Télévisions.

La politique des ingérences au Moyen-Orient, Animé par Marc Semo (Libération)   

·         Les guerres des Américains au Moyen-Orient ? Philip Golub, American University of Paris

·         La politique de la France au Moyen-Orient, Agnès Levallois, consultante spécialiste du Moyen-Orient et Frédéric Charillon, IRSEM

·         La politique russe au Moyen-Orient, Denis Bauchard, Conseiller pour le Moyen-Orient à l’IFRI

Après-midi, 14h30-18h : Intervenir en Syrie ?

Daech, nouvelle donne au Moyen-Orient, Animé par Esther Benbassa 

·         L’expansion territoriale de l’Etat islamique en Syrie et en Irak, François Burgat, CNRS

·         La Turquie face au Daesh, Bayram Balci, Sciences Po

·         Les monarchies du Golfe face à Daech, Laurent Bonnefoy, CNRS

·         Le point de vue de l’Iran dans la lutte contre Daech, Thierry Coville , IRIS

·         Le Liban et le Hezbollah, Didier Leroy, chercheur à l’École Royale Militaire de Belgique

Retour sur les interventions en Syrie, Animé par Jean-Paul Chagnollaud

·         Fallait-il intervenir en Syrie?, Delphine Placidi-Frot, Université Paris  Sud – Université Paris Saclay/ GRAM

·         Avons-nous les moyens militaires pour intervenir en Syrie?, Dominique Trinquand, Conseiller opérations multilatérales

·         Quel lien entre interventions militaires et terrorisme ?, Bruno Tertrais, Fondation pour la recherche stratégique.

·         Intervention libre de Jean-Pierre Chevènement, ancien ministre (sous réserve)

·         Clôture

Cécile Duflot, députée (EELV) de la 6e circonscription de Paris, Coprésidente du Groupe écologiste de l’Assemblée nationale.

Analyse de Barah Mikail

Faire de la tragédie du 13/11 un moment fondateur

Barah Mikaïl, politologue d’origine syrienne que nous avons reçu à l’AFS, est directeur de recherche à la FRIDE, professeur associé à l’université Saint Louis – Campus de Madrid. –
Il nous invite dans cette analyse à réfléchir sur deux impératifs à savoir la politique d’intégration et la nature des engagements de la France à l’Etranger, et nous appelle à l’humilité et à l’autocritique.

ARABE, LANGUE D’EUROPE DEPUIS DES SIECLES

   par Christian Lochon, membre de l’Académie des Sciences d’Outre-Mer, administrateur de l’AFS.

Au cours de la Journée mondiale pour la Langue arabe en 2014, célébrée chaque année à l’UNESCO,  une Table-Ronde sur le thème « Quelle est la place de l’enseignement de la langue arabe en France en tant que  langue de diffusion des savoirs » avait été proposée. Cette interrogation permet justement d’évaluer les rapports linguistiques, culturels, universitaires entre pays arabophones et eurofrancophones et de s’apercevoir de leur longue existence, dont parfois les citoyens européens, arabophones ou non, n’ont pas connaissance.
Dans cette étude, C. Lochon nous trace un récapitulatif de l’enseignement et de l’apport de la langue arabe en France./fichiers/rubriques/arabe-2015-langue-d-europe.pdf

Polyphonies Syriennes, site consacré aux artistes, écrivains et intellectuels de la Révolution Syrienne

Une  compilation qui vient de paraître  sur le site nonfiction.fr de l’une de nos adhérentes Claire A. Poinsignon, qui rend hommage aux artistes, écrivains et intellectuels syriens qui accompagnent la Révolution Syrienne.

POLYPHONIES SYRIENNES : Écrivains, Artistes et Intellectuels résistent.

POLYPHONIES SYRIENNES – Les écrivains : introduction

Accueil des Syriens : La France est-elle exemplaire ?

Les statistiques 2015 publiés par la Direction générale des étrangers en France (DGEF) portent à peine trace du million de réfugiés qui a franchi les portes de l’Europe cette année-là. Preuve que l’importance des migrants dans le débat public est bien inversement proportionnelle à leur présence sur leur territoire.

Seul indice d’une année hors du commun, le nombre des demandeurs d’asile déposés dans l’hexagone a crû sensiblement. Cette hausse du nombre des dossiers enregistrée s’est faite en septembre et sur le dernier semestre.

Au 31 décembre, la France comptabilisait 22% de demandeurs supplémentaires par rapport à 2014. Mais, elle plafonne à 79.100 dossiers quand l’Allemagne a enregistré

Plus de 400.000 fin novembre (Source : Eurostat) et en escompte beaucoup plus une fois le retard rattrapé. Même si elle est réduite, cette hausse est le seul indicateur concret en France de cette crise migratoire.

Enfin, la France n’a pas multiplié sa délivrance de visas d’asile. Octroyés dans le but de permettre aux futurs réfugiés de venir déposer une demande d’asile en France, ceux-ci n’ont bénéficié qu’à 1.800 Syriens et 2.286 Irakiens. La DGEF précise « qu’elle a offert d’autres voies d’entrée comme l’octroi d’autres types de visas classiques » aux Syriens.

Cependant l’administration ne dit pas lesquels, et tait les nationalités qui ont majoritairement essuyé les 358.771 refus de visas en 2015 (en hausse de 17,6% par rapport à 2014).

L’ingrat parcours des demandeurs d’asile.

D’autre part, la nouvelle loi asile en vigueur en France depuis le 1er novembre 2015, devait « simplifier la procédure », mais en fait condamne le demandeur d’asile à la clandestinité tant que l’Etat n’est pas en mesure  d’enregistrer plus rapidement.

Ainsi, un réfugié doit demander auprès d’une association un rendez-vous qu’il obtiendra quatre mois plus tard, pour être « préenregistré. En attendant, il n’est qu’un sans-papier qui n’est pas comptabilisé comme demandeur d’asile.

L’embouteillage à l’enregistrement des demandes n’a pas été supprimé mais l’a déplacé en amont, en faisant porter le poids à l’association qui dans chaque département préenregistre, délestant de la sorte les préfectures.

Depuis la mise en place de la réforme de l’asile, le travail est devenu épuisant dans les associations assurant le préenregistrement. (France Terre d’Asile  à Paris et IDF notamment). (in Le monde. 22 janvier 2015)

Nous publions in extenso une étude parue à ce sujet  sur le site de la CIMADE le 4 Décembre 2015 : http://www.lacimade.org/poles/defense-des-droits/nouvelles/4868-Accueil-des-Syriens—la-France-est-elle-exemplaire–